Réforme de la Pac : "L'agriculture dans sa diversité est garantie" (Stéphane Le Foll)

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministre de l'Agriculture était l'invité de France Info jeudi matin. Stéphane Le Foll est revenu sur la réforme de la Pac, jugeant notamment "historique" la mesure qui prévoit "une subvention dégressive en fonction du nombre d'hectares". Il est également revenu sur l'affaire Cahuzac et les critiques qui se multiplient envers le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

"Il vaut mieux redéfinir les objectifs mais les réaliser que d'avoir beaucoup de projets et de ne pas les faire ", a réagi jeudi matin sur France Info Stéphane Le Foll, concernant le rapport Duron qui prévoit un report de la plupart des projets de lignes à grande vitesse LGV. Le ministre de l'Agriculture a notamment mentionné le projet "chez lui, dans le grand Ouest, de porlonger la voie nouvelle qui va jusqu'à Mans " : "il faut des milliards d'euros, il faut que l'Etat puisse être au rendez-vous ", a-t-il indiqué.

"Quand on cherche à représenter les citoyens, on doit être exemplaires"

Le ministre de l'Agriculture est également revenu sur l'affaire Cahuzac, puisque l'ancien ministre du Budget était entendu mercredi par la commission d'enquête parlementaire. Cette affaire entâche-t-elle tout le gouvernement ? "L 'affaire Cahuzac est aujourd'hui dans l'esprit des Français autour d'un personnage; Jérôme Cahuzac ", "je crois que les Francais comprennent quand même que dans les hommes et femmes politiques, il y a des gens qui trichent comme dans d'autres professions, qui ont fait des choses pas acceptables ". "Mais quand on s'engage en politique, qu'on cherche à représenter les citoyens, on doit être exemplaires, et quand ce n'est pas le cas, c'est vrai que ça fait très mal ", a-t-il ajouté.

Réforme de la Pac : "l'agriculture dans sa diversité est garantie"

Au sujet de la réforme poussée de la Politique agricole commune (PAC) sur laquelle se sont mis d'accord les négociateurs de l'Union européenne, le ministre de l'Agriculture a indiqué : "Dans ce débat, les objectifs que j'ai porté, pour avoir une répartition des aides plus justes, en particulier en faveur de l'élevage, maintenir et garantir l'objectif de départ d'un verdissement de la Pac... Le maintien d'un certain nombre de filets de sécurité et de régulation des marchés agricoles, et un volet pour les jeunes, oui on peut considérer que ce paquet c'est une ambition pour l'agriculture dans sa diversité qui est garantie ", a-t-il indiqué.

Il est également revenu sur une mesure "historique " selon lui : "Toucher une subvention sera dégressif en fonction du nombre d'hectares, jusqu'ici c'était parfaitement linéaire : plus vous aviez d'hectares, plus vous touchiez de subvention ".

C'est Barroso "qui a commencé"

Stéphane Le Foll a également indiqué qu'une réflexion supplémentaire était nécessaire pour se doter d'outils "pour mutualiser les répérations ", "être mieux organisés ", après des calamités agricoles comme les récentes inondations.

Enfin au sujet de la fronde envers le président de la Commission européenne, il a indiqué : "il y a une tension, mais il en responsable ", en référence au terme de "réactionaire" que José Manuel Barroso avait employé pour qualifier la France. "C elui qui a commencé, qui a fait une erreur, c'est Barroso ".

Vous êtes à nouveau en ligne