Philippe Poutou, candidat du NPA : "Obtenir les 500 signatures, c'est notre premier tour à nous"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Philippe Poutou, bloqué à 1% dans les sondages, a bien du mal à exister. Son objectif pourtant : faire entendre la voix "anticapitaliste" du NPA dans cette campagne. Pour in fine "dégager sarkozy et sa bande".

Alors que le chômage atteint en cette fin d'année son niveau le plus élevé depuis 1999, Philippe Poutou a sa solution "radicalement anticapitaliste " : "C'est interdire les licenciements et stopper les
suppressions d'emploi dans les services publics. L'argent, il faut aller le
chercher où il est, directement dans la poche des patrons. Et ça, ça passera
par des luttes sociales, par en bas, comme celle des employés des aéroports
".

Philippe Poutou n'est pas dupe. Elu, impossible. Candidat, même pas sûr. Sa chasse aux 500 signatures, avoue-t-il, est comme toujours très compliquée : "On en est à 310 environ. On entend beaucoup parler de la
pression qu'il y a sur les élus des petites communes. C'est vrai que la loi est
mal fichue, loi antidémocratique qui permet d'écarter les petits candidats. Pour
nous, c'est notre premier tour, c'est notre première bataille. Que tous les
courants d'idées existent. Ou alors on supprime le premier tour et on ne fait
qu'un deuxième tour avec deux cadors comme aux Etats-Unis !
"

Le prétendant à la candidature NPA a pour objectif "dégager Sarkozy et toute sa bande, les Waucquiez ou Morano [...] Mais derrière , ajoute-t-il, la solution Hollande, ce n'est pas une bonne solution, parce qu'il respecte
complètement le libéralisme.
"

Vous êtes à nouveau en ligne