Moscovici "regrette" la décision de Standard and Poor's

Invité de France Info ce vendredi, le ministre de l'Economie a réagi à la dégradation de la note de la France par l'agence américaine Standard and Poor's. Il regrette cette décision et parle d'un "jugement exagérément critique".

Le ministre de l'Economie a cherché ce vendredi matin à rassurer les investisseurs : la France garde une des notes "les plus élevées du monde. Nous sommes un pays extrêmement solide. Les investisseurs peuvent faire confiance à la France". Et il insiste : "La France est et restera un pays dont le crédit est
solide. Et qui financera sa dette à des taux qui sont parmi les taux attractifs
du monde".

**A LIRE AUSSI

** Standard & Poors dégrade une nouvelle
fois la note de la France

Cela dit et "en même temps", il "regrette cette dégradation et je déplore certains
jugements que je considère comme critiques et inexacts. Les jugements qui sont portés
sur les réformes sont exagérément critiques".

Et il s'explique : "Je ne dis pas que tout va bien en France. Quand nous
sommes arrivés aux responsabilités, la France avait des déficits énormes, un
Himalaya de dettes, des finances publiques à redresser...
"  Et pour lui, l'agence américaine n'a pas pris suffisamment en compte que "depuis 18
mois, sous l'impulsion du président de la République, le gouvernement réforme."

A LIRE AUSSI > > Hollande en 2012 : "C'est
la crédibilité de la stratégie conduite depuis 2007 qui est mise en cause"

Enfin interrogé sur la façon dont le candidat François Hollande avait commenté la précédente dégradation de la note de la France, Pierre Moscovici a appelé à l'union : "Nous devons nous unir. Jamais nous n'avons critiqué notre pays. La
différence c'est qu'à l'époque Nicolas Sarkozy avait dit que la note était la
bataille fondamentale. Il y avait mis tout son crédit".

 

Vous êtes à nouveau en ligne