Gilbert Collard : "Mme Taubira nous prend pour des blaireaux"

Invité de France Info ce mardi matin, le député FN du Gard, a vivement réagi aux déclarations de la ministre de la Justice ce lundi à France Info. Et il a dénoncé l'écoute de l'avocat de Nicolas Sarkozy, l'écoute des avocats en général : "Ce n'est pas l'avocat qui est un sanctuaire, c'est le client."

Les écoutes des avocats, Gilbert Collard est contre, pour protéger les clients dit-il : "Ce n'est pas l'avocat qui est un sanctuaire, c'est le client.  Le client a le droit dans ce monde de fous de trouver un endroit où il peut parler sans que les murs aient des oreilles. Mme Taubira est en train de transformer notre société en société des grandes oreilles. Méfiez-vous parce que ce qui arrive aux avocats aujourd'hui, va arriver aux médecins demain, aux journalistes après-demain" .

Une durée d'écoute "abusive et scandaleuse"

Et il dénonce ce qu'il appelle "des excès dans l'exercice du droit " : "Des écoutes pendant un an, ça ne se voit même pas dans les affaires de très grand banditisme ", "la durée des écoutes en elle-même est abusive et scandaleuse."

Et le député FN conteste les arguments de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui intervenait ce lundi à la mi-journée sur France Info. "Quand j'entends, par exemple, madame Taubira dire qu'elle n'est pas au courant ( du fond du dossier ), elle nous prend pour des blaireaux. Le directeur de la police judiciaire, ses fonctionnaires, lui rendent compte. Et il est directement sous l'autorité du ministre de l'Intérieur. Les procureurs de la République ont accès au dossier. Ils ont leurs bureaux aux côtés du bureau des magistrats".

A LIRE AUSSI ►►► Ecoutes : Taubira refuse l'impunité pour les avocats

Une justice "politique"

"Il y a quelque chose de grave, la justice est devenue politique. Du reste moi j'ai proposé qu'on ne décore plus les magistrats en fonction. Car je trouve que c'est un moyen de les rétribuer et que leur indépendance en souffre. Et qu'aucun magistrat ne puisse travailler dans des ministères, c'est complètement scandaleux." a encore affirmé Gilbert Collard.

Vous êtes à nouveau en ligne