Frédéric Péchenard sur l'affaire Bettencourt: "J'ai demandé" l'identification de la source des journalistes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invité ce matin de France Info, Frédéric Péchenard, le directeur général de la police nationale, a été interrogé sur l'affaire d'espionnage de journalistes dans l'affaire Bettencourt. Il a admis avoir demandé l'identification de la source de Gérard Davet, le reporter du Monde. _ Concernant le 10e anniversaire du 11-Septembre, il a indiqué que le niveau d'alerte anti-terroriste n'avait pas été relevé en France à cette occasion.

“Sur cette affaire, j’ai vraiment tout lu et tout entendu. Vous me donnez une occasion, de clarifier un petit peu les choses.
_ Oui j’ai demandé à la Direction Centrale du Renseignement Intérieur d’identifier le haut fonctionnaire qui, soumis au secret professionnel et ayant un accès direct des documents sensibles, divulguait des informations confidentielles dans une affaire judiciaire en cours. Je trouve cela grave. Il s’agit d’une infraction pénale…

  • Vous l'avez fait de votre initiative ou on vous a demandé de le faire?
    _ “Je viens de vous répondre clairement sur les raisons qui ont motivé cette demande d'identification...”
  • Est-ce que c'est légal?
    “Comme vous le savez il y a une instruction judiciaire en cours. Je me dois de réserver mes déclarations à la justice”, a affirmé Frédéric Péchenard.
    -Est-ce que vous avez déjà reçu une convocation de la juge dans cette affaire ?
    “Non”.
  • Est-ce que vous irez?
    _ “Bien naturellement. Cela fait trente ans que je suis policier. Et cela fait trente ans que j'ai l'habitude de rendre des comptes à la justice.”
  • Et si vous êtes mis en cause ou en examen, est-ce que vous démissionnez ou est-ce que vous restez?
    _ “Nous verrons. Laissons faire le cours de la justice”.

    La juge Sylvie Zimmermann qui est chargée de l'information judiciaire ouverte en mai, notamment pour “atteinte au secret des correspondances par personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions” a la preuve, selon Le Monde, que la DCRI a effectué une recherche des facturations détaillées d'appels
    téléphoniques passés par son journaliste Gérard Davet en juillet 2010 pour identifier ses sources.

    "914 terroristes islamistes présumés interpellés depuis 2001"

    Dix ans après le 11 septembre, la vigilance reste quotidienne en France a expliqué Frédéric Péchenard. Mais le niveau d'alerte n'a pas été renforcé à cette occasion: “Il y a une vigilance particulière. Cette vigilance, elle s’exerce tous les jours quotidiennement depuis les attentats de 1995… Pour l’instant, nous n’avons pas changé la posture du plan Vigipirate mais nous sommes attentifs à tous ce qui pourrait se passer. Il y a un certain nombre de menaces qui planent sur la France, soit sur notre territoire soit, et c’est le plus risqué actuellement, sur les intérêts de la France à l’étranger…
    _ Depuis 2001, la police française a interpellé 914 terroristes islamistes supposés. 224 ont été écroués, et 132 éloignés.
    En 2011, 37 individus ont été interpellés, 10 ont été écroués, et 9 éloignés. La dernière affaire remonte à mai 2011.”

Vous êtes à nouveau en ligne