Chevènement (MRC) : les agences de notation sont "ubuesques"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le candidat du MRC à l'élection présidentielle juge sévèrement les agences qui distribuent des notes aux états. Jean-Pierre Chevènement estime par ailleurs que le nouveau traité européen annoncé hier par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel est à contre temps.

Le triple A menacé 

"Je pense que les notations des agences ont quelque chose d’ubuesque […] les agences de notation demandent à la fois la réduction des déficits et une croissance plus forte […] les agences sont la partie émergée d’un système qui oppose les marchés financiers et les peuples".   

Nouveau traité européen ?

"Je pense que ce traité repose sur un mauvais diagnostic ; la crise de l’euro ne vient pas seulement des déficits budgétaires, la crise de l’euro vient surtout des différences de compétitivité qui se sont creusées depuis 13 ans (entre les pays de la zone euro, ndlr) […]
Ce traité est à contre sens ; il prévoit une Europe de plus en plus disciplinaire […] M. Sarkozy a cédé sur toute la ligne".

Règle d’or votée avant l’élection présidentielle ?

"C’est totalement aberrant ; François Hollande a eu raison de dire que cette idée de nouveau traité est une mauvaise idée parce que elle n’est pas dans les temps ; la crise de l’euro, elle menace dans les quelques mois, peut être même dans les semaines à venir […] et le traité dans l’hypothèse la plus favorable ne sera ratifié que dans 18 mois."

Rapports de la France avec l’Allemagne  

"Notre partenaire est prisonnier d’une sorte de fixisme idéologique qui remonte sans doute aux années de création du Deutschemark quand on a confisqué 85% de l’épargne des Allemands […] ce qui vaut pour l’Allemagne ne vaut pas pour toute l’Europe […] Il faut discuter de tout dans un esprit fraternel avec nos amis Allemands […] nous avons des intérêts qui peuvent être différents, à long terme je crois qu’ils sont géopolitiquement et stratégiquement les mêmes".    
 

Hollande à la hauteur du challenge présidentiel ?

"Le propos (hier, ndlr) de François Hollande m’a paru plein de bon sens […] la priorité doit être à l’action immédiate et  pas à la conclusion d’un traité coercitif".

Vous êtes à nouveau en ligne