Affaire Neyret: l'ancien commissaire Pellegrini évoque avec prudence l'hypothèse d'un piège

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invité de France Info, l'ancien commissaire divisionnaire Charles Pellegrini a commenté l'arrestation jeudi de Michel Neyret, le n°2 de la police judiciaire de Lyon. Il est suspecté dans une enquête pour corruption ayant pour pivot un trafic international de stupéfiants et de blanchiment d'argent. Sur la base des informations dont il dispose, il affirme qu'"apparemment, Michel Neyret a franchi le pas". Sous entendu vers la délinquance. Mais il évoque aussi ce qu'il appelle une "pure hypothèse", celle du piège.

  • “Plus que toute autre profession, la police est confrontée à un monde criminel qui se défend par tous les moyens y compris déstabilisation, chantage et bien sur quand c'est possible la corruption...Pour combattre la pègre il faut la connaitre, pour la connaitre il faut la fréquenter et pour la fréquenter il faut avoir des convictions bien trempées et quelques garde-fous...”affirme l'ancien commissaire Pellegrini.

    • On lui a peut-être tendu un piège?

    • “Je ne connais pas le dossier mais j'ai eu des informations. Apparemment Michel Neyret a franchi le pas. Une manipulation c'est sur un coup, l'enquête elle n'a pas commencé hier matin... des éléments ont été réunis. Je ne pense pas qu'il puisse s'agir d'un piège. En revanche, il n'est pas dit qu'un certain milieu ayant besoin de renseignements au sein de la police, le renseignement est important et il y a toujours un échange mais dont le bénéficiaire doit être le policier, il se peut très bien que Michel Neyret ait été ciblé - c'est une pure hypothèse - ait été ciblé par une équipe de voyous qui ont mis les moyens et le temps pour l'amener là où il est aujourd'hui.”
Vous êtes à nouveau en ligne