L'invité culture. Guillaume Musso : "La réalité sera toujours plus forte que la fiction !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les pages se tournent toutes seules dans "Un appartement à Paris", un "cold case" haletant.

Qui est Sean Lorenz ?

Ce peintre disparu dont l'art a troublé puis enflammé les galeries ? Pourquoi a-t-il cessé de peindre après la naissance de son fils Julian ? Dans quelles conditions Julian a-t-il été assassiné ? Existe-t-il des toiles secrètes de l'artiste ?

Toutes ces questions déboulent d'un coup dans la vie de deux personnages aux antipodes : une ancienne flic et un auteur de théâtre, qui se retrouvent à cohabiter malgré eux. Madeline et Gaspard ont loué, suite à une erreur de l'agence, le même appartement à Paris, qui n'est autre que l'ancien atelier de Lorenz.

Construction parfaite, thriller haletant

Comme à son habitude, Guillaume Musso nous entraîne dans le vertige d'un page turning haletant. La construction est remarquable, à l'américaine, parfaite du début à la fin. La thématique autour de la création – qui naîtrait de la douleur – ne laisse pas indifférent (Musso lui-même souffre-t-il en écrivant ? Il s'en défend...). Et le final laisse une fois de plus admiratif dans l'imagination de ce romancier hors norme, 28 millions d'exemplaires vendus dans le monde.

Un appartement à Paris (XO Éditions) est un "cold case", ce qui permet à Musso, ici L'Invité Culture, de réagir après l'affaire Grégory : "La réalité sera toujours plus forte que la fiction !"