Squarcini, convention UMP, Fillon à Paris, l'après primaire au PS

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le débat politique s'enrichit de multiples sujets aujourd'hui. De la mise en examen de Bernard Squarcini, le patron du renseignement français, à la convention UMP prévue ce soir, en passant par à la candidature de François Fillon aux élections législatives à Paris et les luttes de pouvoir au sein de la direction du PS.

L’affaire Bernard Squarcini

La patron du renseignement français est soupçonné d’avoir consulté, à son insu, les relevés téléphoniques d’un journaliste du Monde, sur l’affaire Woerth/Bettencourt. L’opposition crie au scandale sur cette affaire de violation du secret des sources.
Aujourd'hui que la mise en examen est prononcée, Eva Joly, la candidate écologiste à la présidentielle réclame sur France Info la démission du patron du renseignement. "Je trouve absolument incroyable que le chef du contre-espionnage en France ait utilisé les moyens de l’état pour espionner un journaliste. Il est mis en examen ; la conséquence directe doit être sa démission".
Il faut respecter la présomption d’innocence, s’insurge Laurent Wauquiez, le ministre UMP de l’enseignement supérieur sur LCI :
"On attend que la procédure se déroule, et à l’issue le gouvernement décidera, c’est ce qu’à rappelé François Fillon hier".

La convention UMP pour contrer le PS

Ras le bol de ce que l'UMP appelle "la période d'occupation médiatique du PS". Le parti de la majorité veut tourner la page en démontant point par point le projet de l'opposition. Il était temps pour l'ancien Ministre Eric Woerth, qui était ce matin sur I-Télé : "ça fait un certain nombre de mois qu’on est soumis à une sorte de cure de silence […] aujourd’hui, on va détailler les conséquences du programme socialiste".
_ L'UMP veut rendre coup pour coup au PS. Sur le projet, alors que jusque-là c'est la personnalité des candidats à la primaire qui était en jeu. Après le bouclier fiscal, l'heure est au bouclier politique pour Xavier Bertrand sur Europe 1 : "Aujourd’hui, nous devons être devant le président car il y a eu des attaques sans pareil contre le président".

Au PS : les luttes de pouvoir de l’après primaire

Certaines victoires, mal gérées, trop bien fêtées, se retournent contre les gagnants. C’est l’histoire de Pyrrhus et François Hollande veut éviter cela. Martine Aubry a très vite repris toute sa place de première secrétaire. Le reste de la direction doit-il rester à la main de l’ancienne candidate aux primaires ?
Non répondent, les proches de François Hollande. Le candidat doit avoir la main, en coordination avec le parti. Oui, rassemblons nous, répondent ceux qui ne veulent pas être sortis. Les discussions se poursuivent aujourd'hui, pour organiser un travail conjoint qui ne traduise aucune défiance.
Le poste de porte parole est sous les projecteurs. Benoît Hamon, qui était loin d’être hollandais, ne se voit pas limogé. Il se veut loyal. Benoît Hamon sur RTL : "il n’y a aucun embarras […] c’est François Hollande qui est désormais le capitaine, tous les socialistes sont derrière lui et toute autre attitude serait de la désertion".
_ Les réajustements post primaires seront annoncés demain soir au PS.

Fillon candidat aux législatives à Paris

Adieu rillettes, bonjour paillettes. Le chef du gouvernement a fait ses adieux à la Sarthe ce week-end après 30 ans de vie publique dans le département. La semaine dernière, c'est par des proches qu'il a fait fuiter sa candidature aux législatives à Paris. Ce qu'il a donc confirmé hier soir sur France 2 : "je le fais simplement parce que je pense que je peux être utile […] dans une capitale française où notre famille politique a rencontré beaucoup d’échecs".
_ Pas d’info en revanche sur une éventuellement candidature à la mairie de Paris en 2014. La première étape, c'est les législatives, juste après la présidentielle. Mais ses amis l'attendent pour les Municipales de 2014. Et pour atterrir dans la capitale, François Fillon a passé un accord avec Jean-François Copé, sur le mode "à toi Paris, à moi l'UMP".

Un pacte qui dérange. A commencer par Rachida Dati qui veut se présenter dans la même circonscription, la 2eme. Elle dénonce le parachutage du Premier Ministre, elle qui a été parachutée dans le 7eme arrondissement, dont elle est Maire. Mais Rachida Dati est très énervée. Elle était ce matin sur France Bleu 107.1 : "Je suis très étonnée que le premier ministre de la France soit uniquement préoccupé par son sort personnel […] c’est +pousse toi là que je m’y mette+ et c’est absolument scandaleux et honteux".
_ François Fillon critiqué dans ses propres rangs, mais pas seulement. Voilà ce que pense de son arrivée programmée un autre élu parisien, le communiste Ian Brossat : "François Fillon est un peu comme ses amis du CAC 40 ; il se cherche un golden parachute après quatre ans de gestion calamiteuse".

En bref : l'Elysée s'intéresse de près à François Hollande

Le Figaro nous apprend ce matin au détour d'un article que l'Elysée a passé le candidat socialiste au crible à travers des sondages. Des études qualitatives qui égratignent la stature présidentielle du corrézien. A la question si Hollande était un film, les sondés répondent "Le Corniaud", ou "Le Bonheur est dans le pré ".
_ Pour le chef de l'Etat, c'est "24 heures chrono" et "Marche ou Crève". Autre question : si Nicolas Sarkozy était une étape du Tour de France, ce serait le Galibier. François Hollande : 250 kilomètres de plat en Belgique. Aucune précision sur la manière dont ce sondage a été réalisé. Etude à sens unique donc opportunément dévoilée par le Figaro.

Vous êtes à nouveau en ligne