Second tour : la drague des électeurs du Front National est lancée

Les deux finalistes de la présidentielle n'ont pas perdu la moindre minute pour se parer de leurs plus beaux atours. François Hollande et Nicolas Sarkozy ont retrouvé le terrain dès hier, le socialiste en Bretagne, à Quimper et Lorient ; le candidat de l'UMP en Touraine, à Vouvray et Saint-Cyr sur Loire. Premiers meetings d'entre-deux tours, premier exercice de séduction. Et entre Modem et FN, leur coeur ne balance pas : 9% des voix d'un côté, 18 de l'autre. Nicolas Sarkozy et François Hollande ont choisi leur conquête : les électeurs de Marine le Pen.

Par ailleurs, le 1er mai s'annonce comme l'un des jours les plus politiques de
l'entre-tours. D'un côté, les traditionnels défilés syndicaux avec
représentation des formations de gauche, de l'autre le rassemblement au Champ
de Mars initié par Nicolas Sarkozy. Le président-candidat qui n'a cessé
jusque-là de fustiger les syndicats, les fameux "corps intermédiaires".
Entre
les 2, Marine le Pen et son défilé en l'honneur de Jeanne d'Arc. La présidente
du FN devrait justement clarifier sa position ce jour-là, en choisissant
probablement de ne pas choisir.

Pour les législatives, Marine Le Pen lance un avertissement aux deux prétendants à son électorat : Attention,
dit-elle, ce n'était pas un vote de rejet, mais d'adhésion.

Vous êtes à nouveau en ligne