Salaires des patrons : "Il y a des abus terribles" (André Chassaigne, PC)

André Chassaigne chef du groupe communiste à l’Assemblée nationale, veut encadrer les salaires des patrons pour qu'ils ne puissent pas toucher plus de 20 fois le Smic.

Quarante personnalités ont lancé "un appel des 40" ce jeudi dans le quotidienLibération pour demander au gouvernement l'encadrement des salaires des grands patrons, pour qu'ils ne puissent pas toucher plus de 100 fois le Smic. André Chassaigne, chef du groupe communiste à l’Assemblée nationale, a estimé ce jeudi sur France Info que "de 1 à 100 n'est pas un chiffre suffisant en terme de réduction des salaires des grands patrons ". Le groupe communiste a porté "une proposition de loi pour encadre r" les salaires "de 1 à 20 ".

"Il y a des abus terribles en terme de niveau de salaires. Ce n'est pas seulement de la morale, mais c'est aussi le fait qu'une partie colossale de la richesse nationale est captée par quelques-uns et qu'on a dans ce pays des personnes qui sont en difficulté (…) Je trouve indécent que quelques individus s'en mettent absolument plein les poches ", a-t-il ajouté.

"Qu'il y ait quelques patrons qui seraient soi-disant des demi-dieux, je n'y crois pas ! (…)  Certes nous avons affaire à des personnalités assez talentueuses avec un verbe bien porté mais aussi avec des décisions qui sont prises qui coutent très cher aux salariés en terme de suppression d'emplois ou en terme de conditions de travail. N'allons pas dire que des salaires de 3 Smic par jour est quelque chose d'acceptable dans notre pays ", a-t-il ajouté.

Le vote obligatoire des actionnaires en assemblée générale pour rendre contraignant le salaire fixé aux patrons "est une bonne chose mais ce n'est pas suffisant ", selon le député communiste André Chassaigne. "Il faut un véritable encadrement ", a-t-il ajouté.

Motion de censure

Par ailleurs, André Chassaigne a souhaité réunir "suffisamment de signataires progressistes de gauche" pour une motion de censure contre le gouvernement. "Je suis persuadé qu'on arrivera en juillet à réunir suffisamment  de signatures sur une motion de censure de gauche avec un premier objectif, faire tomber la loi Travail ", a-t-il ajouté.

"Dans la mesure où on a une motion de censure de gauche, on vote la motion de censure de gauche et on ne vote pas une motion de censure de droite. Mais s'il n'y a pas de majorité sur une motion de censure pour faire tomber le gouvernement, ce qui est important pour nous, c'est qu'il y ait une majorité politique dans l'Assemblée Nationale pour que le gouvernement retire la loi Travail. C'est ça qui est importan t" a-t-il insisté.

Vous êtes à nouveau en ligne