Montebourg fait durer le suspens

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le 3eme homme de la primaire socialiste n'a pas dit hier soir pour qui il appellerait à voter au second tour. Il jugera sur pièces. Conséquences, les deux finalistes de la compétition ont jusqu'à dimanche pour le séduire.

L'avocat a bien endossé le costume de juge de paix du duel Hollande-Aubry. Malgré ses accents anti-libéraux, il entend bien faire fructifier son capital de 17% des suffrages recueillis au 1er tour et met la pression sur les deux finalistes. Invité du journal de France 2 hier soir, le chantre de la démondialisation vendait en quelque sorte son programme au plus offrant : "si les deux candidats veulent obtenir un geste de ma part et de mes amis, il faudra certainement qu'il renoncent à un certain nombre des recettes du passée qu'ils ont défendu dans leur campagne".
_ Pas de choix donc pour le moment. Le 3ème homme fait durer le suspense. Il n'exclut d'ailleurs pas de ne pas exprimer de préférence.

Lettre ouverte à Aubry et Hollande

Le professeur Montebourg va distribuer des copies aux élèves Aubry et Hollande. Une lettre ouverte avec quatre questions sur les éléments centraux de son projet. Il les détaille ce matin dans Libération. Contrôle financier, protectionnisme industriel, VIème République et lutte contre la corruption. Il attend des réponses écrites qu'il entend rendre publiques. Il regardera aussi attentivement le débat de demain soir sur France 2.

Arnaud Montebourg retrouve aussi ses accents de procureur

Les deux finalistes sont "les deux faces d'une même pièce" selon lui, "dirigeants à la vision retardataire, qui risquent de faire perdre la gauche". Dans Libé, il tape un peu plus fort sur Martine Aubry l'accusant de prendre ses électeurs pour des mouches et de prétendre les attraper avec du vinaigre ; il rappelle sa proximité avec DSK et des "paroles désobligeantes" à son égard dans l'affaire Guérini.
_ Arnaud Montebourg qui nie par ailleurs avoir passé un accord avec François Hollande. Le député de Corrèze qu'il avait qualifié par le passé de "Flamby" et de seul défaut de Ségolène Royal lorsqu'il était son compagnon.

François Hollande et Martine Aubry pas rancuniers

François Hollande qui se montrait dès hier soir sur France 3 plein d'égards pour le député de Saône et Loire : "moi j'entends les préoccupations des électeurs d'Arnaud Montebourg [...] je vais lire avec beaucoup d'attention ce que va nous adresser Arnaud Montebourg".

De son coté, Martine Aubry se disait, elle aussi, dès hier soir sur TF1 très attentive à l'initiative du député de Saône et Loire : "je vais lui répondre bien sur [...] nous avons des points largement communs"

La droite crie à la "gauchisation" du PS

Ce serait "l'effet Montebourg" avec les deux finalistes qui lui courent après. Pour Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe de l'UMP, ça ne tiendra pas : "tout cela n'est pas très responsable ; je ne vois pas comment tout se petit monde va se rabibocher au second tour"

En attendant le 2ème tour, la campagne de la primaire continue

Martine Aubry sera sur les traces de Nicolas Sarkozy aujourd'hui. Déplacement dans la Creuse sur le thème de la ruralité et des services publics. Comme le chef de l'Etat, campagne à la campagne, où elle n'a pas fait de très bons scores au 1er tour.
_ François Hollande sera lui sur un marché du XVIIIème arrondissement de Paris. La capitale où il a été devancé par la maire de Lille.

Vous êtes à nouveau en ligne