Loi Travail : Laurent Berger (CFDT) dénonce une "hystérisation du climat politique, du climat social"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que se tient une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a déclaré jeudi sur France Info qu'il "souhaite que l'on n'y touche plus". Pour lui, le texte comporte "des avancées concrètes pour les salariés". Le syndicaliste a aussi dénoncé "une situation d'hystérisation du climat politique, du climat social".

Huitième journée d'action contre la loi Travail, blocages des raffineries et actions dans les centrales nucléaires à l’initiative de la CGT, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a dénoncé jeudi sur France Info une "hystérisation du climat politique, du climat social ". "Cela perturbe les salariés et l'ensemble des citoyens y compris l'économie ", "On arrive à une situation d'hystérisation du climat politique, du climat social, parce que l'on n'a jamais pu vraiment discuter sur le fond. On commente plus le contenant et pas le contenu ", a-t-il estimé.

Pour Laurent Berger, "cette loi a été mal lancée. Il y a la responsabilité d'une organisation syndicale, quand il y a un texte qui est inacceptable d'agir. Agir, c'est de le faire changer, avec des avancées concrètes pour les salariés ." Aujourd’hui, pour lui, le texte  et notamment l’article 2 sont bons. "L'équilibre qui est trouvé aujourd'hui est celui qui convient à la CFDT. Je souhaite que l'on n'y touche plus ", a-t-il déclaré. "L'équilibre des droits attachés à la personne, et plus de place dans la négociation d'entreprise, est un équilibre qu'il faut sauvegarder. Il faut laisser de l'opportunité dans les accords d'entreprise de fixer, sur l'organisation et le temps de travail, des choses qui soient spécifiques à l'entreprise ."

Sur les blocages, le secrétaire général de la CFDT a dit que "ce qui m'inquiète, c'est que l'on puisse considérer que l'on peut se passer de syndicat. Ce qui me met en colère c'est que le syndicalisme va être pointé du doigt comme une force réactionnaire. Ce n'est pas une force réactionnaire, c'est une force de progrès ." Pour sortir de la crise, Laurent Berger en a appelé "à un peu de responsabilité ". "Calmons le jeu et essayons de trouver les solutions ."

Loi Travail : "Dis-moi ce qui te pose problème ", Berger (CFDT) à Martinez (CGT)

Laurent Berger s'est adressé à Philippe Martinez, le patron de la CGT : "Parlons du contenu de cette loi [Travail], dis-moi ce qui te pose problème ". "Si c'est la négociation d'entreprise pourquoi la négociation d'entreprise te pose problème, alors que, y compris tes équipes, font cette négociation d'entreprise dans beaucoup de secteurs. Dis-moi pourquoi on devrait avoir peur de nos propres militants dans les entreprises qui sont bien à même de savoir ce qui est bon pour les salariés, et de s'engager ou non dans des accords lorsqu'il le faut ", a-t-il poursuivi. "Je souhaite ce débat là et je ne désespère pas de l'avoir avec Philippe prochainement" , a conclu le secrétaire général de la CFDT.

Manifestations, blocages : Nicolas Sarkozy "réécrit l'histoire "

Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il avait réussi la réforme des retraites "sans qu'il y ait un seul blessé dans les manifestations, pas de violence, pas de 49-3 et sans pagaille .". Jeudi sur France Info, Laurent Berger, lui a répondu estimant qu'"il réécrit l'histoire ".

Laurent Berger a aussi rappelé que son syndicat n'appelle pas à voter pour des candidats en particulier. "C'est les citoyens qui choisissent. Nous on a appelé à voter pour personne. On a juste appelé à battre le Front national" . "On est dans une loi qui prône le dialogue, et on trouve à droite, à l'extrême droite, du côté du patronat, de la CGT et de FO, du côté de la gauche, des gens qui sont opposés à ça. Cela doit nous interroger sur la conception de la démocratie. Mr Sarkozy réécrit l'histoire s'il veut, ce n'est pas mon problème. Il faudrait plutôt régler les problèmes des gens aujourd'hui plutôt que de se projeter dans un an ", a conclu le secrétaire général de la CFDT.

Baisse du chômage : "Cela va mieux, tant mieux. Il faudra que cela se confirme "

Seconde baisse consécutive du nombre de demandeurs d’emploi : - 20.000 inscrits de moins dans la catégorie A en avril. Cette baisse de 0,6% porte le nombre de chômeurs à 3,5 millions en France. "Cela va mieux, tant mieux, sur le chômage, il faudra que cela se confirme ", a réagi le secrétaire général de la CFDT. "Il reste encore beaucoup à faire notamment en terme de réduction de la précarité, et y compris en terme d'emploi des jeunes et des seniors dont on sait qu'ils sont les plus touchés en France ", a-t-il poursuivi. Laurent Berger a rappelé qu'il avait "toujours dit que parler du chômage en terme de courbe cela le choquait ", "Ce que je vois poindre c'est la baisse du nombre de chômeurs, c’est-à-dire de personne en chair et en os ".

La CGT a déclaré que les chiffres du chômage étaient manipulés. "Quand ils augmentent, on dit qu'il y a une explication technique, quand ils baissent, on dit qu'ils sont manipulés. Je ne suis pas sûr depuis longtemps que ce soit les chiffres mensuels qui soient les plus pertinents, on a des chiffres du bureau international du travail qui sont beaucoup plus pertinents ", a réagi Laurent Berger. "Ce sont des indicateurs, moi je m'en fiche que cela serve telle ou telle politique. Ce qui m'intéresse ce sont les gens et que l'on fasse enfin baisser le chômage ," a insisté le secrétaire général de la CFDT.