Le scandale Bourgi et la crise financière inquiètent le classe politique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au menu de Tous en Campagne Matin : les révélations de Robert Bourgi explosent dans la campagne présidentielle, la crise financière suscite le débat sur la nationalisation des banques et les candidats à la primaire socialiste se préparent à leur premier débat jeudi.

Des valises de billets qui transitent du continent africain vers la France. Plusieurs dizaines de millions d'euros de fonds occultes qui auraient profité à Jacques Chirac et Dominique de Villepin. L'accusation est lancée par le porteur de billets lui-même, Robert Bourgi, avocat et ancien pilier de la Françafrique.
_ Les présidents africains Bongo, Wade, Ggagbo, Compaoré, Sassou Nguesso auraient notamment financé la campagne de 2002, d'après l'avocat franco-libanais.

Faux et archi-faux a réagi hier soir sur France 2 Dominique de Villepin : "ces allégations sont mensongères et indignes... à un moment qui est celui du procès de Jacques Chirac et à quelques jours d’une décision de la cours d’appel dans l’affaire Clearstream".
Jacques Chirac comme Dominique de Villepin ont décidé de déposer plainte pour diffamation. Une affaire qui remet donc en lumière la Françafrique.

_ Réaction des Ecologistes, du centre, du PS et du PS

_ La secrétaire nationale d'Europe Ecologie Les Verts Cécile Duflot ce matin sur i-Télé : "il faut une enquête .. il y a une décisions personnelle dans le choix de parler ; cela fait peser sur les dirigeants français une responsabilité très très lourde".

_ Autre adepte de la politique aux mains propres. François Bayrou. Le Président du Modem était l'invité de l'émission Radio France Politique et parle de "piliers de notre pays vermoulus par la corruption"
François Bayrou qui demande lui aussi une enquête.

_ Pour Marine Le Pen, la République est "pourrie jusqu'en son centre". Ce matin, la présidente du Front National rappelle sur France Info que Robert Bourgi est très très proche de Nicolas Sarkozy ; "je pense que les français en apprendront d’ici quelques mois aussi sur la manière dont le président est dans la continuité en la matière".

Le socialiste Laurent Fabius évoque aussi l'affaire sur RTL : "Il faut prendre ça très sérieusement".

L'entourage de Nicolas Sarkozy réagit

Hortefeux, Guéant, Guaino. Comme toujours en cas d'incendie, les pompiers du Président sont montés au front avec cette question, ici dans la bouche d'Henri Guaino : Bourgi, c'est qui ? "Je ne connais pas M. Bourgi et je n’étais pas à l’Elysée au temps de cette affaire".

Robert Bourgi rappelle que la droite n'a pas le monopole des mallettes

Invité d'Europe1, il déclare : "j’ai souvent croisé à Libreville M De Grosouvre (conseiller de François Mitterrand), monsieur Rolland Dumas (chef de la diplomatie de François Mitterrand)"

Europe 1 ce matin, le Journal du Dimanche hier ; le plan communication semble bien rodé. Un livre de Pierre Péan à paraître mercredi, prochain, jour du procès en appel de Dominique de Villepin dans l’affaire Clearstream. Dès hier, première salve dans le JDD, du groupe Lagardère, avec une interview fleuve et accusatoire de Robert Bourgi. Deuxième salve, le même Bourgi, sur Europe 1, ce matin. De quoi alimenter la chronique politique.
C’est assez comparable au plan comm’ d’un autre livre, "Sarko m’a tuer", dont l’essentiel était sorti dans Libération, juste avant la sortie de l’ouvrage en librairie. Là encore, les révélations avaient occupé la chronique politique. Les lecteurs se forgeront leur opinion.
Mais ces déballages donnent le sentiment que les révélations sur des affaires obscures, sont assez bien maitrisées, par des acteurs politiques qui s’affrontent par livre interposés.
Ce n’est pas nouveau.

J – 3 pour le premier choc de la primaire socialiste

Les 6 candidats seront cote à cote jeudi , pour défendre leurs différences su France 2. L’émission commencera par une courte présentation d’une minute de chaque candidat. Une sorte d’auto promo rapide. Se faire valoir, sans attaquer ses camarades. Et ils sont déjà en pleine répétition générale.

_ Manuel Valls, sur Canal+, dresse ainsi son portrait : "nous ne pourrons pas dépenser un euro supplémentaire ... notre réponse ne peut pas être la dépense publique".

_ Ségolène Royal, qui participe pour la deuxième fois à des primaires, insiste sur le fait qu’elle a changé : "j’ai changé en maturité, en profondeur .. j’ai travaillé très dur … j’ai analysé les forces et les faiblesse qui sont les miennes… "

La crise financière ; faut-il nationaliser les banques ?

Marine Le Pen sur France Info : "si l’Etat met l’argent des Français dans les banques, il faut qu’il dirige les banques.. Peut être nationaliser, même temporairement"

Pas d’accord dit Eric Besson, le ministre de l’industrie sur RMC BFM télé : "ça me parait totalement prématuré et à coté du sujet d’évoquer cet hypothèse".

Vous êtes à nouveau en ligne