Le prix de l'énergie : l'autre dossier explosif

On parle souvent des retraites, un sujet toujours très délicat pour les gouvernements en place, on parle aussi souvent de la dette et des menaces d'asphyxie financière si la note de la France était abaissée, mais on parle de manière bien plus épisodique du prix du gaz et de l'électricité. Mais, la Commission de régulation de l'énergie a rappelé une réalité avec une annonce de choc.

La Commission de régulation demande de 6 à 9% d'augmentation
des tarifs cet été. Elle rappelle que d'ici 2017, d'ici la prochaine élection
présidentielle, le prix de l'électricité doit augmenter de 30%. Alors pourquoi
une telle explosion des prix ?

L'explication de la ministre de l'Ecologie et de l'énergie
Delphine Batho : "La facture de rattrapage de l'électricité qui est
présentée aujourd'hui, elle résulte aussi de la situation qu'a laissée le
précédent gouvernement. En particulier une politique de sous investissement
dans l'énergie pendant dix ans, et en particulier de sous investissement dans
les centrales nucléaires dans lesquelles un certain nombre de travaux de
maintenance sont aujourd'hui nécessaires, pas seulement à cause de la révision
des normes suite à Fukushima. C'est cela la réalité de la situation qu'a laissé
la droite.
"

Gaz et électricité, même combat ?

Delphine Batho a annoncé qu'elle ne laisserait pas passer de
6 à 9% d'augmentation cet été. Elle ne veut pas que le pouvoir d'achat des
français soit encore rogné. Au final, c'est toujours le gouvernement qui fixe
les prix mais le problème c'est que le précédent pouvoir avait fait la même
chose avec les prix du gaz en bloquant plusieurs augmentations à l'approche des
élections.

De recours en recours, GDF Suez avait obtenu du conseil d'Etat
des rattrapages que les Français qui sont au gaz payent encore aujourd'hui. C'est
donc reculer pour mieux sauter. Pour le député UMP Eric Ciotti qu'importe le
passé. De toute façon, le pouvoir socialiste est pris à son propre piège.

"Peut-être qu'il y a un équilibre du marché qui
devrait conduire à un ajustement du prix, mais en même temps le faire au moment
où les impôts sont tellement accumulés, avec ce que l'on nous annonce sur les
retraités, cela fait trop, donc insupportable pour les ménages.
"

Consommer moins

Quand l'énergie devient trop chère c'est de moins consommer.
Le gouvernement met en avant les mesures récentes d'aide pour isoler les
logements. Le débat sur la transition énergétique a lieu en ce moment. Des
débats un peu partout en France mais qui ne mobilise pas les foules.

Philippe Martin est vice-président du groupe socialiste à
l'Assemblée nationale : "L'énergie qui coûte la moins chère c'est
celle que l'on ne consomme pas. Si l'on ne comprend pas qu'il faut, dans ce
pays, avoir une vraie transition énergétique, parce que si on laisse augmenter
le prix de l'énergie de plus en plus de gens vont tomber dans l'exclusion de
plus en plus grande. Donc il faut faire cette transition énergétique. Il y a un
débat lancé par le gouvernement, c'est un peu confidentiel, mais c'est la seule
solution pour faire en sorte que l'explosion du coût de l'énergie n'impacte pas
le pouvoir d'achat des Français.
"

Subventionner

L'autre solution c'est de subventionner EDF pour qu'elle
modernise ses centrales. C'est une solution qui ne choque pas les députés
quelque soit leur étiquette politique, de droite ou de gauche.

Le député Europe Ecologie / Les Verts Denis Baupin : "Personnellement
cela ne me choque pas que la collectivité subventionne le prix de l'électricité
si on considère que c'est un bien commun. Que le contribuable paie une partie
et le consommateur une autre c'est quelque chose qui est inscrit dans l'histoire
française. Mais simplement qu'on le fasse dans la transparence. Cela veut dire
qu'on apporte des aides pour que l'on puisse acquérir des appareils ménagers
qui soient plus performants d'un point de vue électrique.
"

Le gaz de shiste

L'énergie est décidemment un dossier explosif puisqu'il y a
une solution pour faire baisser les prix du gaz. C'est l'exploitation des gaz
de schiste que suggère un pré-rapport de députés. Mais-là, ce serait
l'explosion garantie de la majorité entre socialistes et écologistes.

Vous êtes à nouveau en ligne