L'interview politique de 8h30 et les réactions des auditeurs

L'un des nouveaux rendez-vous de cette rentrée sur franceinfo, c'est l’émission politique de 8h30. Comment réintéresser les auditeurs à la politique ? Jean-Michel Aphatie répond aux questions et aux remarques des auditeurs, avec Fabienne Sintès, Guy Birenbaum et Gilles Bornstein.

Sonia Devillers, spécialiste des médias sur France Inter, a comptabilisé près d’une centaine d’interviews d’invités politiques sur l’ensemble des radios et télés en France. Beaucoup d’auditeurs écrivent pour dire : "Ras-le-bol des politiques !" qu’on entend partout, qui répètent toujours la même chose.
Alors, comment intéresser les Français en recevant François Fillon, Cécile Duflot ou Pierre Laurent ? La politique est présente dans la vie quotidienne, mais effectivement, selon Jean-Michel Aphatie, il y a trop d'interviews politiques. 

Y a-t-il encore des hommes politiques qui surprennent Jean-Michel Aphatie ?

Jean-Michel Aphatie : Tous les jours, les hommes politiques surprennent le journaliste.

Nombreux sont les auditeurs qui se plaignent du ton agressif des journalistes politiques. Michel nous écrit : "Il ne s’agit pas de laisser de côté une forme d’impertinence, mais que les journalistes se calment et laissent leur invité s’exprimer".

Si la réponse de l'invité ne correspond pas à la question posée, oui, on le coupe...

Un point précis sur la forme de ce type d'interview. L’interview de Gilbert Collard, du mouvement Bleu Marine. Stéphane, par exemple, écrit : "Vous avez passé votre temps à essayer de coincer Collard sur la forme. Et lorsque vous avez commencé un débat – intéressant – sur Trump, on est vite passé à autre chose".

Gilbert Collard est un homme politique assez particulier. Il se comporte toujours comme s'il se trouvait devant un jury d'assises.

Vous êtes à nouveau en ligne