Jean-Louis Borloo : le retour

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est la rumeur politique du moment. Jean-Louis Borloo préparerait son ralliement à Nicolas Sarkozy.

Il a failli être candidat à la présidentielle, il a failli tout court. En fait, il n'y a pas beaucoup de suspens. Les Radicaux, dont l'ancien ministre de l'Ecologie est le chef, tentent de trouver le bon tempo pour rejoindre le camp UMP sans trop se ridiculiser.
Car Jean-Louis Borloo, après avoir boudé parce qu'il n'avait pas été nommé à Matignon, après avoir montré les muscles, s'est au final retiré. Ce qui l'a affaibli. Il cherche désormais un nouveau souffle pour apparaître utile dans le combat électoral.

Comment se prépare-t-il ?

Borloo ne s'affichera ni avec le candidat centriste Hervé Morin qui est au ras des pâquerettes, ni avec François Bayrou qui la joue solitaire. L'autre rumeur qui circulait concernait les contacts pris avec l'équipe de François Hollande. Stratégie pour faire peur et pour faire monter les enchères. D'ici le congrès de son parti fin janvier, Jean-Louis Borloo va sortir de sa réserve médiatique pour avancer des propositions. Certaines pourraient alors finir dans le projet du futur Président-candidat. Dominique Paillé est l'un des plus proches collaborateurs de l'ex-chouchou du gouvernement : "nous disons simplement à Nicolas Sarkozy +nous avons des exigences programmatiques : l’Europe, le social ; il y a encore des progrès à faire ; entendez nous sur ces questions là et nous seront pour vous un précieux complément+

L'UMP attend avec impatience le retour de Borloo

Le numéro un du parti, Jean-François Copé, a récemment dîné avec lui. Le scénario de son retour au bercail serait programmé pour la fin janvier, début février. En même temps ou presque que la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy. Il n'y a pas de hasard, ou si peu.
Jean-Louis Borloo, s'il y croit, s'il se lance dans l'aventure avec détermination, deviendra alors une pièce-maîtresse du dispositif sarkozyste. Un homme qui jouit d'une forte popularité dans l'électorat centriste que le candidat PS veut capter. "Bienvenue à la maison" , lui lance celle qui lui a succédé au ministère de l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet : "ma famille politique est plus riche quand Jean-Louis Borloo est à l’intérieur que quand il est à l’extérieur".

Borloo acquis à l’UMP...  et Villepin ?

L'ancien Premier ministre aurait rencontré le mois dernier Nicolas Sarkozy. Ce dernier fait tout pour dissuader son vieil ennemi de se présenter car il sait que Villepin peut lui prendre quelques points. Pour l'instant, aucun accord de paix entre les deux hommes.
En tout cas, l'entourage de Dominique de Villepin assure qu'il se présentera en 2012, qu'il se va se déclarer le plus rapidement possible. Alors, comme dans le cas Borloo, les villepinistes adoptent, peut-être, eux aussi, la tactique de la peur afin de négocier à un très haut niveau une alliance.

Vous êtes à nouveau en ligne