Jean-Christophe Lagarde s'attend à une "révolte" ou à une "révolution"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Invité de France Info ce vendredi, le député-maire UDI de Drancy a jugé l'ambiance actuelle dangereuse. Il a aussi rejeté l'offre de Manuel Valls d'une "maison commune". Et taclé ses adversaires dans la présidentielle interne à l'UDI.

 "Evidemment une affaire de barrage doit faire l'objet de débats. Mais certainement pas d'affrontements et encore moins d'un mort. On voit dans beaucoup de secteurs de la société française, une tension très importante qui est le résultat d'une forme de résignation et d'exaspération. Et ce mélange est dangereux. Il peut déboucher sur des violences. Résignation et exaspération ça peut donner une révolte ou une révolution"   estime Jean-Christophe Lagarde.

"Manuel  Valls nous invite à venir vivre dans une maison commune dont il est le seul habitant"

Le député-maire de Drancy refuse la proposition de Manuel Valls d'une "maison commune" où se retrouveraient les "progressistes " : "Ce n'est pas dans des manœuvres de couloirs qu'on peut aider à gouverner le pays. Manuel  Valls nous invite à venir vivre dans une maison commune dont il est le seul habitant."  

Enfin signe de l'ambiance à l'UDI dans le cadre de cette campagne interne : "Je ferai tout ce que je peux pour que cela reste digne et respectueux. Je comprends que des équipes qui perdent pied perdent parfois la tête. J'appelle tout le monde à la raison." 

Vous êtes à nouveau en ligne