Dupont-Aignan : le référendum britannique sur l’UE est "une grande leçon de démocratie"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président de Debout la France soutient le parti UKIP, qui défend une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Le référendum "est une grande leçon de démocratie parce que le Premier ministre, David Cameron, s'est engagé à respecter le vote des Britanniques. Mais quel que soit le résultat l'Angleterre sera plus forte", a estimé Nicolas Dupont-Aignan lundi sur France Info.

Le 23 juin, les Britanniques vont décider si le Royaume-Uni quitte ou se maintient dans l'Union européenne. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, soutient le parti UKIP, qui défend une sortie. "C'est une grande leçon de démocratie parce que le Premier ministre, David Cameron, s'est engagé à respecter le vote des Britanniques. Mais quel que soit le résultat l'Angleterre sera plus forte ", a-t-il estimé lundi sur France Info.

Une chef économiste de la banque Rothschild estime qu'une sortie de l'Union européenne engendrerait une dévaluation de la livre d'environ 30%. "C'est n'importe quoi ", a répondu Nicolas Dupont-Aignan. Emmanuel Macron a lui déclaré qu'il fallait mettre des barrières à la Grande-Bretagne. "Que je sache, M. Macron ne fait rien contre la Chine, alors pourquoi la Grande-Bretagne serait pénalisée ? ", a réagi le député de l'Essonne. "Ils n'ont rien compris à la mondialisation. C'est un problème politique. Est-ce qu'on dépend d'intérêts financiers qui ont pris le pouvoir ou est-ce que les peuples s'en sortent ? On ne peut pas construire l'Europe contre les peuples ."

"Je ne suis pas pour une sortie. Je suis pour une renégociation "

Le député de l'Essonne a dit souhaiter le Brexit pour "accélérer la réforme profonde de l'Union européenne " même s'il a précisé ne pas être "pour une sortie " mais pour "une renégociation ". "On ne peut pas continuer à subir une organisation qui, à ce point, affaiblit l'Europe et détruit nos Nations ." Pour lui, l'UE "est affaiblie parce qu'on a supprimé toutes les frontières ". "Avoir des frontières contrôlées, chacun contrôle ses frontières car chaque peuple est responsable de son pays. Contrôlons nos frontières, coopérons, mais à peu de pays, pas à 28. A 28 cela ne peut pas marcher ", a-t-il estimé.

Rome : la victoire d'"une jeune femme qui n'est pas la caricature qu'on présente habituellement "

Le parti populiste Mouvement 5 Etoiles a remporté comme attendu dimanche la mairie de Rome et scellé une victoire surprise à Turin, à l'issue du second tour des élections municipales. "Je me réjouis qu'à Rome une jeune femme, qui n'est pas la caricature qu'on présente habituellement" , ait gagné, a réagi lundi Nicolas Dupont-Aignan.

Loi Travail/Débordements : N. Dupont-Aignan dénonce des "manipulations "

La semaine dernière, l'exécutif a menacé d'interdire les manifestations contre la loi Travail après les violents débordements à Paris. Nicolas Dupont-Aignan a indiqué qu'il n'interdirait pas lui les manifestations et a dénoncé "des manipulations " car, selon lui, "des policiers ont l'ordre de ne pas intervenir ". 

"Je mettrais en prison les casseurs. Je demanderais à la police d'intervenir et je ne laisserais pas casser ou discréditer un mouvement social. Il y a beaucoup de manipulations ", a déclaré le député de l'Essonne. Selon Nicolas Dupont-Aignan, "des policiers ont l'ordre de ne pas intervenir ". "Je ne comprends pas pourquoi on veut arrêter les manifestants qui sont pacifistes et pas les casseurs. Je demande au gouvernement de prendre les mesures pour arrêter les casseurs ."

Sur le fond, le président de Debout la France a estimé que la loi Travail est une "loi inutile " et a demandé d'"arrêter d'hystériser la politique française ".

Voir François Hollande "participer à une primaire, en tant que président de la République, c'est pathétique"

Le Parti socialiste a décidé le week-end dernier d'organiser une primaire pour désigner le candidat à l'élection présidentielle 2017. Voir François Hollande "participer à une primaire, en tant que président de la République, c'est pathétique ", a réagi Nicolas Dupont-Aignan.

"Le Parti socialiste ne croit même pas au président de la République comme candidat. Le président de la République ferait mieux d'arrêter son mandat à la fin du terme et de partir se reposer et de ne pas participer à l'élection présidentielle. C'est un abaissement de la fonction présidentielle sans précédent ", a estimé le député de l'Essonne. Pour Nicolas Dupont-Aignan, la primaire est la dernière "manipulation de la pensée unique ."

"Un patriotisme serein sans tomber dans l'extrême du Front national ou dans le système PS-UMP "

Marion Maréchal-Le Pen a désigné le parti Debout le France comme un allié potentiel. Ce que rejette son président Nicolas Dupont-Aignan. "On veut enfermer les Français dans ce piège. Soit on continue avec des incompétents qui ont ruiné la France depuis 20 ans, socialistes, républicains, soit on va au Front national. Toute mon action comme gaulliste social, c'est de proposer aux Français justement l'alternative qui manque ", a expliqué le député de l'Essonne lundi sur France Info.

Nicolas Dupont-Aignan a insisté sur le fait qu'il "défend autre chose ". "Je ne veux plus ce piège politique qui aboutit à 20 millions d'abstentionnistes. On peut peut-être quand même dans notre pays avoir le droit de proposer un patriotisme serein, de rassemblement, qui permette à la France de s'en sortir sans tomber dans l'extrême du Front national ou dans le système PS-UMP ", a-t-il poursuivi.

"Chaque pays, à sa façon, ne supporte plus une espèce de capitalisme mondial qui épuise les peuples. Si j'étais Américain, je ne voterais sûrement pas pour Mme Hillary Clinton ", a estimé le président de Debout le France.

Vous êtes à nouveau en ligne