Denis Baupin et les Intercités : un "très mauvais signal"

Invité ce mardi de France Info, le député EE-LV de Paris s'est déclaré "inquiet" devant le rapport sur la réduction du nombre de trains Intercités. Et il s'est félicité de "l'étape" que représente le vote mercredi du projet de loi de transition énergétique.

 "Je n'ai pas encore lu le rapport de Philippe Duron mais je suis plutôt inquiet. C'est un très mauvais signal au moment où on va faire la conférence climatique à la fin de l'année en France, où on dit qu'il faut passer à plus de transports collectifs, de dire qu'on fermerait des lignes" a déclaré Denis Baupin. "Qu'est-ce qu'on constate : que les voies n'ont pas été bien entretenues, qu'on n'a pas rénové les matériels et on nous dit 'ça fonctionne ma l'. Les gens n'ont pas forcément envie de prendre des trains qui n'arrivent pas à l'heure et qui sont de mauvaises qualités."

Le vice-président de l'Assemblée nationale n'exclut donc pas de s'opposer à ce rapport : "Si vraiment on n'a pas été au bout des recherches pour faire fonctionner correctement ces lignes, alors oui on dira qu'on n'est pas d'accord parce que le train continue à être un élément du quotidien de nos concitoyens et de la lutte contre la pollution."

Denis Baupin invité de France Info ce mardi
--'--
--'--

Transition énergétique : une "étape vers la sortie du nucléaire"

"C'est une étape. C'est la première fois que l'Assemblée nationale va voter sur la stratégie énergétique du pays. Au moment où a été lancé le programme nucléaire, l'Assemblée nationale n'avait pas été consultée. Là, on vote et en plus, on réoriente cette politique. Partout dans le monde, les gens vont voir que le pays le plus nucléarisé du monde est en train de baisser sa part du nucléaire " a ajouté Denis Baupin. Il a aussi jugé "non négociable " la fermeture de Fessenheim.