Candidature de Sarkozy : plus vite ou plus tard ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est l'un des débats qui agitent la majorité. Nicolas Sarkozy doit-il bouleverser son calendrier et se présenter à la présidence de la République rapidement ? C'est ce que pensent certains à l'UMP, craignant que François Hollande prenne trop d'avance dans la course à l'Elysée.

A l'UMP, ils sont quelques-uns à réclamer une accélération du calendrier présidentiel. Parmi eux, le député des Alpes Maritimes, Lionel Luca :
"j'ai toujours pensé que le président de la République ne devait pas être le lièvre de la fable par rapport à la tortue socialiste".
Lionel Luca, qui verrait bien une entrée en campagne entre novembre et janvier, est minoritaire dans son camp. La majorité est plus lièvre que tortue, à l'image du Ministre des relations avec le Parlement Patrick Ollier :
"on ne peut pas être président la République en exercice et en même temps être candidat trop longtemps ; il faut l'être le moins longtemps possible".

_ Pas question de se faire dicter le calendrier par François Hollande. Le socialiste qui, à Madrid lors de son premier déplacement à l'étranger comme candidat, feint l'indifférence : "Nicolas Sarkozy fera ce qu'il voudra moi je ne me mets pas dans des rythmes ou dans des temps qui ne sont pas les miens [...] il est le président sortant, moi je suis le prochain."

Hors micro, François Hollande reconnaît que la difficulté pour lui est ne pas s'épuiser d'ici le printemps.

Un faux-plat qui ravit Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat, lui n'est pas pressé. Ce qu'il a confirmé hier soir lors d'un entretien à Radio J, RCJ et l'AFP : "ce qui compte c'est de faire son travail, et après les français choisirons, et ce qu'ils choisiront, ce sera le bon choix".
Le bon choix, expression du Président Giscard en 78 pour mettre en garde les Français contre une victoire de la gauche aux législatives.

Quand les autres présidents sortants se sont-il jusque-là déclarés depuis plus de 30 ans ?

  • Valéry Giscard d'Estaing, lors d'une allocution télévisée. Plan large avec Anémone son épouse. Zoom. Elle disparait de l'écran. C'était le 2 mars 1981.
  • 22 mars 88, encore plus tard, c'est au tour de François Mitterrand, toujours à la télé. Il répond à Paul Amar et Henri Sannier sur Antenne2.
  • 2002 : Autre Président, autre style. Jacques Chirac créé la surprise en se déclarant tôt, le 11 février lors d'un déplacement, il répond à la Maire RPR d'Avignon, Marie-Josée Roig.

    Jacques Chirac un peu plus tortue que ses prédécesseurs donc. Nicolas Sarkozy, lui devrait jouer à fond la stratégie du lièvre. D'après son entourage, il se déclarera le plus tard possible, espérant d'ici là un essoufflement de son adversaire.

Vous êtes à nouveau en ligne