Un an après son ouverture, Station F a "reçu plus 11 000 demandes de start-up du monde entier"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Roxanne Varza, directrice de Station F, était l'invité de "L'interview éco" mercredi soir, pour revenir sur la première année du plus grand incubateur du monde.

Le 29 juin 2017, Station F ouvrait ses portes dans l'ancienne Halle Freyssinet, à Paris. Au sein de cet espace de 34 000 m2, l'objectif était d'impulser une dynamique start-up, notamment souhaité par l'un des financeurs, le patron de Free Xavier Niel. Un an plus tard, "c'est un super bilan", qu'est venue présenter sa directrice Roxanne Varza, mercredi 27 juin sur franceinfo.

Près de 1 000 start-up sont présentes dans le bâtiment situé dans le 13e arrondissement. Au départ ce chiffre semblait être difficilement atteignable pour Roxanne Varza, "mais, on a dévoilé aujourd'hui [mardi 27 juin] que l'on avait plus de 11 000 start-up qui ont candidaté". Parmi les candidats, un tiers provenait de l'étranger et notamment des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Chine ou encore de l'Inde "et la demande n'arrête pas de croitre", relève la directrice de Station F.

Plus de 200 de nos start up ont réussi à lever de l’argent en un an.

Roxanne Varza

Pourtant, Xavier Niel trouve que "c'est un peu vide le soir". Pour Roxanne Varza, "il était déçu parce que c’est uniquement 12% de nos start-up qui travaillent le week-end et un peu plus de la moitié qui confirme rester en dehors des heures classiques de travail, entre 9 heures et 19 heures".

La directrice de Station F explique aussi que l'âge moyen est de 31 ans. Ce ne sont pas "des jeunes start-upper qui sortent de l'école à 20 ans et qui embauche leurs potes. Ce n'est pas du tout ça", précise celle née à Palo Alto, en Californie.

Jeunesse et recrutement

La plupart des entreprises présentes à Station F ont moins de 3 ans d'existence et cherche à se développer. "Il y a autour de 70% des start-up qui recrutent en ce moment", détaille Roxanne Varza. L'axe de progression est aussi placé sur le nombre de start-up fondées par des femmes. Alors qu'il est de 40%, la directrice de Station F "espère atteindre un chiffre beaucoup plus important l'année prochaine".

Toutefois, il y a aussi des groupes comme L'Oréal, ou encore LVMH. Roxanne Varza "pense qu’il y a un intérêt d’image", car il lui est souvent répété : "On vient à la Station F pour la visibilité." Il y a aussi "la proximité avec le numérique et l’innovation", parce que "toutes les boîtes ont envie de trouver un nouveau souffle", poursuit-elle.