Réforme des retraites : l’économiste Philippe Aghion veut attendre "le début du quinquennat prochain"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'économiste, dont les travaux ont beaucoup influencé Emmanuel Macron, conseille au chef de l'État de fixer de nouvelles priorités : l'innovation, la réindustrialisation, la jeunesse. 

A un an de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron doit-il poursuivre ses réformes ? Pour l’économiste Philippe Aghion invité éco de franceinfo vendredi 18 juin, dont les travaux ont beaucoup influencé le chef de l’État, il faut revoir les priorités. "La crise de la Covid a mis en évidence un déficit d’innovation et une désindustrialisation."

Le professeur au Collège de France propose de créer en France et en Europe l’équivalent des grandes agences américaines, la Darpa et la Barda, des structures qui permettent de "transformer une découverte fondamentale en production industrielle de masse ."  "Il faut dès maintenant commencer à travailler à la création de ces grands organismes."  

Philippe Aghion estime que "l’autre priorité, c’est la jeunesse", très touchée par les conséquences de la pandémie. Il propose la création d’un "revenu universel d’insertion jeune."  "Tout jeune qui, à partir de 18 ans, quitte le foyer familial, reçoit 800 euros par mois, s’il travaille, s’il étudie ou s’il est en apprentissage". Il défend aussi la généralisation des "externats d’excellence."  

Assurance chômage : "Ce n'est pas le meilleur moment"

L’économiste propose-t-il un nouveau programme à Emmanuel Macron pour la prochaine élection ? "Je mise sur le fait qu’il soit candidat. On démarre le quinquennat maintenant ", explique-t-il, tout en demandant au chef de l’État de revoir deux de ses projets : la réforme de l’Assurance chômage et celle des retraites.

 "Il faudra faire la réforme de l’Assurance chômage, mais ce n’est pas le meilleur moment" pour le faire, estime Philippe Aghion, alors que les syndicats espèrent que le Conseil d’État suspendra bientôt le volet de la réforme qui doit entrer en vigueur le 1er juillet.  

Quant à la réforme des retraites, l’économiste conseille à l’exécutif de ne pas la mettre en œuvre avant l’élection présidentielle, mais d’en faire une priorité du prochain quinquennat, si Emmanuel Macron est réélu.

Je suis en faveur d’une réforme paramétrique où on allongerait d’un an le départ à la retraite, en tenant compte de l’âge où on a commencé à travailler et de la pénibilité.

Philippe Aghion

à franceinfo

En revanche, Philippe Aghion ne croit plus à la retraite par points. Il estime qu'en France, "les gens n'ont pas confiance en la valeur du point" et qu'en Suède, "les gens voient que l'on manipule la valeur du point pour rogner sur les retraites".

Vous êtes à nouveau en ligne