Réforme des retraites : Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, dénonce "la lourde responsabilité" du gouvernement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"On est encore loin d'un accord", affirme mercredi sur franceinfo le leader du premier syndicat français. Il exhorte le gouvernement à renoncer à son projet d'âge pivot.

La CFDT en a fait une "ligne rouge". À la veille d’une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, le premier syndicat français demande toujours au gouvernement de retirer son projet d’âge pivot.

>> Réforme des retraites : "On est encore loin d’un accord", estime le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger

Invité éco de franceinfo, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, l’affirme "On est encore loin d’un accord (…) Ce que je demande au gouvernement, c'est qu'on y arrive le plus vite possible, cela a assez duré".

Edouard Philippe réunira syndicats et patronat vendredi 10 janvier pour préparer la "conférence de financement" réclamée par la CFDT. "Un signe d’ouverture", pour Laurent Berger, mais qui n’a "de sens que s’il y a abandon de l’âge pivot", toujours considéré comme "injuste". Si cette mesure n’est pas abandonnée, "la CFDT continuera sa mobilisation."

"La confiance a été durement éprouvée"

Laurent Berger critique la stratégie de l’exécutif : "Le gouvernement a cru qu’il pouvait passer un peu en force, notamment sur cette question de l’âge pivot. De l’autre côté, des organisations syndicales que je respecte ont dit qu’elles ne voulaient rien de la réforme".

Il fustige les "logiques d’affrontement en cours. C’est quand même assez dingue que dans notre pays (…) on ne soit pas capable de se parler un peu différemment", dit-il. Il insiste : "la confiance a été durement éprouvée". Pour le leader syndical, "le gouvernement a une lourde responsabilité".

Est-ce qu’on se bat pour trouver une sortie de crise ou est-ce qu’on joue le pourrissement ?

Laurent Berger

sur franceinfo

Sur le fond, le secrétaire général de la CFDT continue à défendre le principe de la réforme, réclamée depuis dix ans par le syndicat : "Le système se mettra en place progressivement, affirme-t-il. Les Français veulent un système universel, davantage de justice et de solidarité dans le système de retraite par répartition. Mais ils ne veulent pas d’un âge pivot. C’est aussi la position de la CFDT".

Ces dernières semaines, le gouvernement a accordé des dérogations à plusieurs secteurs, traités à part dans le futur système de retraite. Peut-on encore parler de système "universel" ? Oui, selon Laurent Berger, pour qui "il faut tenir compte des spécificités."

Vous êtes à nouveau en ligne