Pollution : "Globalement, la règlementation protège l'industriel", selon l'historien Thomas Le Roux

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'incendie de Lubrizol, à Rouen, s'inscrit dans la longue histoire des risques industriels en France. Pour l'historien Thomas Le Roux, depuis 200 ans, la règlementation penche d'abord en faveur de l'industrie.

Deux semaines après l'incendie de l'usine Lubrizol, à Rouen, trois ministres (Agnès Buzyn, Elisabeth Borne et Didier Guillaume) ont installé un "comité pour la transparence et le dialogue".

Mais pour l'historien Thomas Le Roux, spécialiste de l'industrie et de la pollution, la gestion des risques industriels en France pose toujours un problème majeur.

Des accidents en légère augmentation

"Il y a environ 1 000 accidents industriels en France tous les ans, explique-t-il. Beaucoup ne sont pas très graves, mais certains sont importants. Leur nombre est plutôt en légère augmentation d’ailleurs, depuis quelques années".  

L’État protège-t-il assez la population ? "La réglementation est là pour minimiser les risques, répond le spécialiste, mais elle est là pour accompagner l’industrie dans son développement. Elle n’est pas là pour protéger l’environnement", selon le chercheur. 

L’historien analyse les derniers événements à la lumière de ce qui s’est produit au XVIIIème siècle, déjà à Rouen : une pollution provoquée par une usine d’acide sulfurique, tout près de l’emplacement actuel de l’usine Lubrizol. Cette affaire, à l’époque, avait provoqué beaucoup de débats, explique Thomas Le Roux : "Les industriels avaient été condamnés en justice locale. Mais le Conseil d’Etat du roi, après moult débats, avait décidé d’autoriser la continuation de cette manufacture parce qu’elle était tout à fait essentielle au développement économique."

Pas de poursuites pénales

"Le cadre actuel, explique l’historien, découle d’une matrice qui se met en place au début du XIXème siècle. Il considère qu’il faut accompagner le développement industriel et donc protéger l’industriel, car sinon il pourra être condamné, jugé comme délinquant, voire comme criminel".  

"On en est encore là", insiste le chercheur : "Globalement, la réglementation protège l’industriel d’éventuels recours en justice pénale. C’est tout à fait questionnable, parce qu’à partir du moment où on laisse se dégager des panaches de fumée toxique (…) il devrait y avoir des possibilités de poursuites pénales pour atteinte à la santé d’autrui."

Thomas Le Roux a publié, avec François Jarrige, La contamination du monde, Une histoire des pollutions à l’âge industriel, aux éditions du Seuil.  

Vous êtes à nouveau en ligne