Pernod Ricard va produire du whisky… en Chine

Le PDG du groupe, Alexandre Ricard, veut accélérer sa croissance. Pour le numéro deux mondial des spiritueux, la Chine est un pays stratégique.

Pernod Ricard veut continuer à développer des marques locales. Le numéro deux mondial des spiritueux (Martell, Mumm, Havana Club, Absolut, etc.) va produire un single malt en Chine. Il commence la construction d’une usine dans le Sichuan.

Le PDG du groupe, Alexandre Ricard, défend ce choix : "C’est une demande des consommateurs. Le consommateur veut toujours le choix entre une marque locale et une marque internationale. Selon les occasions, il ira vers l’une ou vers l’autre". Pour le groupe français, la Chine est stratégique : "Nous sommes leaders sur le marché chinois". L’an dernier, les ventes de Pernod Ricard ont encore augmenté de 21% dans le pays.

Pas de fusion au programme  

Le géant des spiritueux publie des résultats en forte hausse. Son chiffre d’affaires progresse de 5%, à plus de 9 milliards d’euros. Son résultat d’exploitation dépasse, lui, 2,5 milliards d’euros. Une réponse au fond activiste Elliott, qui depuis un an exige un changement de stratégie : "Notre stratégie consiste à créer de la valeur dans la durée, avec des investissements de long terme. On en voit les résultats cette année", affirme Alexandre Ricard. 

Elliott veut aussi que Pernod Ricard envisage une fusion avec un de ses concurrents. Mais pour le PDG du groupe, il n’en est pas question.

En France, les ventes baissent

En France, les ventes de Pernod Ricard reculent. À cause, toujours, de la pression sur les prix exercée par la grande distribution, selon Alexandre Ricard. Et aussi à cause de la loi Alimentation : "Le prix du Ricard a mécaniquement augmenté de 10%. 10%, c’est trop".

D’après lui, la grande distribution n’en récolte même pas les fruits : "Beaucoup de consommateurs se reportent sur les marques distributeurs qui ne font pas de marge".

Vous êtes à nouveau en ligne