Ligue 1 de football sur Amazon : l'Autorité de la concurrence "regardera si elle est saisie à nouveau"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence, réagit à la décision de la Ligue de football professionnel. Amazon devrait diffuser la plupart des matches de Ligue 1. Canal+ annonce son retrait.

Qui diffusera les matches de Ligue 1 la saison prochaine ? Les coups de théâtre s'enchaînent. Après le retrait de Mediapro, la Ligue de football professionnel (LFP) a attribué la plupart des matches à Amazon, jusqu'en 2024. Canal+, diffuseur historique, a aussitôt annoncé son retrait. Invitée éco de franceinfo, Isabelle de Silva, présidente de l'Autorité de la concurrence, suit l'affaire de près : "Nous regarderons si nous sommes à nouveau saisis par un acteur économique. À ce stade, ce n'est pas encore le cas."

Quelques heures avant cette décision, l'Autorité de la concurrence avait rejeté la plainte de Canal+. La chaîne contestait les modalités de réattribution des droits après le retrait de Mediapro. Pour Isabelle de Silva, il faut "laisser aux uns et autres le temps pour expliquer comment la Ligue a attribué ces droits et quel est son projet avec Amazon". La présidente de l'Autorité de la concurrence pose aussi la question du modèle économique des nouveaux entrants.

Il ne suffit pas d'avoir les droits pour que les spectateurs viennent payer un abonnement.  

Isabelle de Silva

présidente de l'Autorité de la concurrence

"Ce que nous regardons, poursuit-elle, ce sont les conditions concurrentielles (...) À chaque fois que l'on vient avec une contestation devant nous, nous essayons de la traiter le plus rapidement possible". L'enjeu pour les clubs est majeur. La Ligue, en attribuant les droits jusqu'en 2024, proposait de leur attribuer, globalement, 663 millions par an.

Publicité : Google s'engage à changer ses pratiques  

L'Autorité de la concurrence vient également de rendre une décision importante dans un autre dossier. Elle a infligé une amende de 220 millions à Google, pour sanctionner ses pratiques sur la publicité en ligne : "Google avait biaisé les processus d'enchères à son profit", explique Isabelle de Silva.  

Google s'est engagé à faire évoluer son modèle : "C'est important", estime la présidente de l'Autorité de la concurrence, "puisque cela va permettre de rétablir une équité entre tous les acteurs de la publicité en ligne. Ça va permettre aussi aux éditeurs de pouvoir mieux vendre leurs espaces publicitaires. On sait qu'ils en ont particulièrement besoin aujourd'hui."

Vous êtes à nouveau en ligne