"Le modèle économique allemand a changé depuis un bon moment", estime l'économiste Clemens Fuest (IFO)

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour l'économiste Clemens Fuest, très influent en Allemagne, la première économie européenne subit bien "un refroidissement". Le président de l'institut IFO critique, au passage, la réponse d'Emmanuel Macron aux "gilets jaunes". 

L’Allemagne est-elle malade ? Son économie, hier florissante, affiche des signes de faiblesse. Elle subit de plein fouet le ralentissement des échanges mondiaux. Selon l’OCDE, en Allemagne, cette année, la croissance ne devrait pas dépasser 0,7% du PIB.  

Clemens Fuest est sans doute l’économiste le plus influent d’Allemagne. À la tête de l’institut IFO, il conseille les dirigeants du pays. Invité de L’Interview éco sur franceinfo vendredi 8 mars, il confirme un "refroidissement" : "L’économie allemande a bien fonctionné pendant plusieurs années. Aujourd’hui, elle a un genre de refroidissement. On ne sait pas encore si c’est une vraie pneumonie. Depuis l’année dernière, on voit que l’économie est divisée en deux. Le marché intérieur fonctionne bien. Les salaires montent. Le taux d’emploi est élevé. Mais l’industrie, qui fait la force de l’économie allemande, ne fonctionne pas bien. Les exportations ne sont pas bonnes et cela nous cause des soucis".  

Une économie toujours dépendante des exportations

Et si l’Allemagne changeait de modèle ? Inutile, selon Clemens Fuest, car "le modèle économique allemand a changé depuis un bon moment" : "Les exportations restent importantes mais les salaires montent depuis quelques années de manière importante. Beaucoup d’entreprises cherchent des employés (…) L’Etat a augmenté ses dépenses. Aujourd’hui, cela soutient la conjoncture. Mais les exportations restent un pilier. Si elles ne fonctionnent pas, l’Allemagne aura des problèmes."

Il est vraiment dangereux de changer de politique à cause d’une foule qui manifeste dans les rues

Clemens Fuest, président de l'institut IFO

à France Info

L’économiste observe aussi la situation en France… et critique la réponse d’Emmanuel Macron aux « gilets jaunes ». Au mois de décembre, pour répondre à la crise, le chef de l’Etat a mis sur la table environ 10 milliards d’euros. Clemens Fuest, s’il dit comprendre les problèmes sociaux français, regrette la décision d’Emmanuel Macron : « Ses réformes ont été démocratiquement légitimées (…) Il ne faut pas donner l’impression que la politique peut être modifiée par des manifestants violents ».  

La récession pourrait-elle frapper l’ensemble de l’Europe ? « A l’heure actuelle, je ne vois pas encore de récession. Mais tout dépend de ce que fera la politique. Si jamais il y avait une guerre commerciale avec les Etats-Unis, s’il y avait un Brexit sans accord, alors il y aurait un danger de récession. C’est la raison pour laquelle l’Europe doit absolument s'unir"

Vous êtes à nouveau en ligne