"La loi alimentation n’a rien changé pour les agriculteurs", estime Régis Lebrun, directeur général de Fleury Michon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Régis Lebrun était l'invité de L'Interview éco mercredi, alors que les négociations  entre la grande distribution et les industriels de l’agroalimentaire viennent de s’achever.

Alors que les négociations annuelles entre la grande distribution et les industriels de l’agroalimentaire viennent de s’achever, Régis Lebrun, directeur général de Fleury Michon, a confirmé mercredi 3 avril sur franceinfo que les relations étaient très compliquées.

"Les rapports sont difficiles puisque l’environnement dans lequel nous nous situons est très tendu et que nos clients connaissent des difficultés". La loi Egalim avait prévu de dégager des marges qui devaient profiter aux agriculteurs ?  "Ça, c’était la très belle intention de départ, déclare Régis Lebrun, on a vu au fur et à mesure des travaux qu’on s’éloignait petit à petit de cet objectif et que les choses ne changeraient pas vraiment. Rien n’a changé parce que le secteur est en crise, on est face à une mutation très très forte de la consommation. On a un poids grandissant des "millénials" dont la consommation est complètement différente de celle de leurs ainés."   

Un marché en baisse

"Les Français mangent un peu moins de charcuterie chaque année mais surtout ils en mangent différemment, déclare Régis Lebrun. Nous avons un très gros effort d’adaptation à faire. C’est pour cette raison que nous avons réduit la teneur en sel de notre charcuterie et dans les prochains jours nous mettons sur le marché un nouveau jambon zéro nitrite qui est à conservation complètement naturelle, qui aura une durée de conservation plus courte mais qui permet de ne pas avoir de conservateur."  

Le jambon encore dans le sens de l’Histoire ?

"Ce que veulent les consommateurs c’est savoir ce qu’ils achètent, affirme le directeur général de Fleury Michon : qu’on leur dise tout sur le produit, ils veulent de la transparence, ils veulent des produits naturels sans additif ni conservateur. C’est cette stratégie que nous avons déployée depuis 2014. Ce que nous attendons maintenant des distributeurs c’est qu‘il mettent en valeur cette offre du manger mieux parce qu’aujourd’hui trouver des produits du manger mieux en grande surface c’est compliqué !"

Vous êtes à nouveau en ligne