"Gilets jaunes" : "Il faut que le gouvernement ouvre des discussions avec la société civile, avec les syndicats", estime l'économiste Christian Saint-Étienne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Christian Saint-Étienne, membre du Cercle des économistes, était l'invité de l'Interview éco mercredi sur franceinfo.

"Il faut que le gouvernement ouvre des discussions avec la société civile, avec les syndicats", a conseillé Christian Saint-Étienne, membre du Cercle des économistes, auteur de Relever la France, état d'urgence (éd. Odile Jacob), à propos de la crise des "gilets jaunes", mercredi 5 décembre sur franceinfo. 

"Il faut, même avec retard, prendre la main tendue de la CFDT, des autres syndicats et des ONG. Il faut travailler avec les responsables des villes, des départements et des régions", a-t-il poursuivi. En attendant, "à court terme, il faut avoir une allocation transport pour les gens qui ont besoin de leur voiture pour aller au travail, chez le pharmacien".

Deux France

Christian Saint-Étienne estime que le gouvernement a commis une erreur en voulant augmenter "fortement" les taxes sur les carburants. "Il y a une réalité structurelle qui a été ignorée par le gouvernement dans cette affaire de la hausse des taxations du carburant, a-t-il expliqué. La France métropolitaine se divise en deux France : une France de 25 millions d'habitants dans des villes connectées, avec des transports en commun, avec un marché de l'emploi dynamique, et une deuxième France de 42 millions d'habitants, dans des villes moyennes, ou d'une certaine importance, mais avec des transports en commun très concentrés sur le noyau des villes alors que l'habitat est très éparpillé."

"Dans cette deuxième France, détaille Christian Saint-Étienne, on a impérativement besoin d'une voiture pour vivre, travailler, faire ses courses, aller chez le médecin, emmener les enfants à l'école. Le gouvernement a ignoré cette réalité quand il a fortement augmenté les taxes sur les carburants. Il n'a pas mesuré les conséquences sur une population dont le pouvoir d'achat est limité."

Vous êtes à nouveau en ligne