François Chopard, fondateur de l’accélérateur Starburst, imagine "une colonie sur la Lune"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Objectif... Lune. Au Salon aéronautique du Bourget, les projets lunaires seront dans toutes les têtes. Pour François Chopard, fondateur de l'accélérateur aéronautique Starburst, le retour de l'homme sur la Lune est imminent. 

La Lune passionne à nouveau. Les projets se multiplient, alors que le salon aéronautique du Bourget ouvre ses portes lundi 17 juin. Invité de L’Interview éco vendredi 14 juin, François Chopard, fondateur de l’accélérateur de start-ups Starburst - le premier du secteur aéronautique - constate un mouvement récent : "Ces dernières années, on a beaucoup parlé de Mars. Mais on se rend compte que Mars, c’est compliqué (…) Alors qu’aller sur la Lune, ça prend à peu près une semaine."  

Retour sur la Lune  

Les États-Unis ont relancé plusieurs projets : "La Nasa a commencé à donner des contrats pour des atterrisseurs lunaires (…) L’homme sur la Lune, ça doit arriver d’ici 2023 ou 2024, assez rapidement donc."  

Pour François Chopard, la Lune permettrait d’abord aux voyageurs de l’espace de "s’entraîner à vivre dans des conditions compliquées." Mais l’idée, rapidement, serait de "construire une colonie", pour "se préparer à construire des colonies ailleurs, et bien plus loin."  

Exploiter des minerais… sur la Lune  

Sur la Lune, l’homme pourrait aussi "exploiter des minerais locaux." "La Lune a à peu près la même constitution que la terre", rappelle François Chopard qui ajoute : "Il y a beaucoup de minerais intéressants et c’est assez facile à creuser."  

Après avoir pollué la terre, l’homme va-t-il polluer la Lune ? "Aujourd’hui, explique François Chopard, la terre est le meilleur environnement qui existe à un certain nombre d’années-lumière. Le premier objectif, c’est de préserver la terre. Pour y arriver, il faut arrêter de l’exploiter. Il faut donc aller exploiter d’autres éléments : des astéroïdes ou d’autres planètes…"

Vous êtes à nouveau en ligne