Francis Duseux (UFIP) : "Le carburant pourrait encore augmenter de 20 ou 30 centimes par litre"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) était l'invité de "L'interview éco" vendredi 1er juin sur franceinfo.

Le passage à la pompe est assez douloureux ces dernières semaines, le gazole est en moyenne à 1,48 euro le litre par exemple. En un an, le prix des carburants a augmenté de 20 centimes en moyenne. D'où vient cette hausse ? Qui en profite ? Francis Duseux, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP) était l'invité de "L'interview éco" sur franceinfo vendredi 1er juin 2018.

franceinfo : Le prix des carburants continue à augmenter. En moyenne, il faut compter 1,48 euro pour un litre de gazole et 1,56 euro pour un litre d'essence sans plomb 95. Pourquoi faites-vous payer si cher ? 

Francis Duseux : D'abord, il y a une croissance mondiale assez forte, 3,9% sur la planète, et cela tire la demande en énergie et en pétrole. Cette année, on va augmenter la demande entre 1,6 et 1,8 million de barils par jour, c'est considérable. Deuxième élément, il y a un accord Opep-Russie qui fonctionne depuis 14 mois. Les prix du pétrole étaient tombés si bas que ces deux pays avaient des problèmes budgétaires. Ils se sont organisés pour couper la production de 1,8 million de barils par jour et cela fonctionne.

Et les prix du baril remontent.

Les prix du baril sont remontés parce qu'on était à 30 dollars le baril en 2016 et là, on est à environ 80 dollars le baril. Donc voilà, c'est l'effet essentiel, la remontée du prix du pétrole.

Est-ce que vous répercutez les baisses comme les hausses ? 

Oui, on est souvent accusé de ne pas le faire mais c'est un marché extrêmement compétitif parce que, depuis 15 ou 20 ans, les grandes surfaces en font un produit d'appel et n'ont pas beaucoup de marge. Donc si on veut continuer à vendre des carburants, on est obligé de s'aligner sur leur prix. 

Jusqu'où ira la hausse des prix des carburants dans les stations-service ? 

Tous les paramètres sont réunis pour une augmentation du pétrole dans les deux ou trois années à venir. Pourquoi ? Parce que l'on était tombé tellement bas dans les prix que les gens ont arrêté d'investir. À la pompe, on pourrait facilement revenir à ce qu'on a connu, c'est à dire une augmentation, rien qu'à cause de la matière première, de 20 ou 30 centimes par litre par rapport à ce que l'on connaît aujourd'hui.