Florence Poivey (Fédération de la plasturgie) : "L’industrie embauche !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Florence Poivey, la présidente de la Fédération de la plasturgie, était l'invitée de l'interview éco mardi. Elle est revenue sur l'appel aux candidats à la présidentielle lancé par dix-huit fédération de l'industrie. "En 2012, l'industrie était présente dans le débat. Aujourd'hui elle ne l'est pas." a-t-elle constaté.

Dix-huit fédérations de l'industrie ont lancé mardi 4 avril un appel aux candidats à l'élection présidentielle. Florence Poivey, la présidente de la Fédération de la plasturgie veut que les candidats n'oublient pas l'importance de ce secteur qui embauche "250 000 personnes par an" soit "trois stades de France" a-t-elle déclaré sur franceinfo.

franceinfo : L'industrie française est-elle endormie ?

Florence Poivey : Non. Une des preuves est l'appel que nous faisons aujourd'hui. C'est un appel inédit, avec la volonté de remettre l'industrie au cœur du débat présidentiel et des législatives. Les 18 fédérations industrielles sont là, ensemble.

La situation est-elle grave ?

En 2012, l'industrie était présente dans le débat. Aujourd'hui elle ne l'est pas. Ce que nous voulons, c'est dans un premier temps être une seule voix pour rappeler les atouts de l'industrie à nos hommes politiques mais aussi aux Français. Et dans un deuxième temps, nous voulons fabriquer l'avenir ensemble.

L'industrie française représente seulement 12 % du PIB, 20% en Allemagne. La France a t-elle du retard ?

L'industrie, c'est 260 000 entreprises sur tout le territoire français. Chaque année, nous avons à pourvoir 250 000 emplois, soit trois Stades de France entiers. Il y a certains métiers qui ne sont pas si faciles à trouver, on a du mal à embaucher. En revanche, en France, nous sommes une référence sur les objets connectés par exemple. Nous formons aussi beaucoup par apprentissage et nous constatons que quasiment tous nos jeunes trouvent du boulot parce que nous sommes l'industrie, un chemin de progrès permanent. Nous sommes au rendez-vous.

Depuis 15 ans, 900 000 emplois ont disparu dans l'industrie française. Y aura-t-il assez de places pour les jeunes dans les usines plus modernes?

Résolument oui. J'ai la fierté d'avoir animé une entreprise de plasturgie très robotisée dans le Massif central. Il ne faut pas avoir peur de l'automatisation, elle nous permet la compétitivité et l'innovation.


Florence Poivey (Fédération de la plasturgie... par franceinfo

Vous êtes à nouveau en ligne