Eric Sitruk (Bel Air) : "Nous avons baissé nos prix de plus de 30%"

Pour enrayer la baisse des ventes, la marque de prêt-à-porter féminin a fortement baissé ses prix. Et relocalisé une partie de sa production en France. Elle renoue avec le succès.

 Pendant longtemps, Bel Air – avec une trentaine de points de vente en France – a gagné des parts de marché. Puis beaucoup de clientes s’en sont éloignées. Avec le recul, son PDG, Eric Sitruk, concède "une erreur de jeunesse"  : "C’est un peu la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Nous nous sommes trop identifiés aux acteurs du luxe, et nous nous sommes rapprochés d’eux en terme de prix" . Autrement dit, la marque était devenue trop chère. Il y a quelques mois, l’enseigne prend donc une décision radicale : elle baisse ses prix de 30% à 40%, pour essayer d’atteindre "le juste prixtout au long de l’année" . En contrepartie, elle met fin aux promotions en tout genre qui, selon Eric Sitruk, désorientent la clientèle. La marque renoue aujourd’hui avec la croissance. Simultanément, Bel Air a relocalisé en France une partie de sa production : la moitié des vêtements sont maintenant fabriqués dans l’hexagone. Le PDG estime que produire en France est à nouveau intéressant, car les coûts salariaux en Asie se rapprochent des standards européens. Produire dans l’hexagone permet aussi une plus grande réactivité dans les approvisionnements des magasins.

Vous êtes à nouveau en ligne