Difficultés à recruter dans l'hôtellerie-restauration : "On peut accueillir tout le monde, peu importe s'ils sont migrants ou réfugiés"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président de l'UMIH, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, estime que 100 000 postes n'ont pas trouvé preneur dans l'hôtellerie-restauration.

Roland Héguy, le président de l'UMIH, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, était l'invité de l'interview éco de franceinfo mercredi 29 août pour faire un premier bilan de la saison estivale. Globalement, "c'est très positif" a-t-il assuré, alors que l’activité des hôtels est en hausse de 8% en France cet été.

"On a des besoins considérables" en termes d'emplois, a-t-il poursuivi, "peu importe s'ils sont migrants ou réfugiés", alors que l'UMIH veut proposer un plan au gouvernement sur le sujet.

franceinfo : Vous préparez un plan et vous voulez embaucher des migrants, pourquoi ?

Roland Héguy : La priorité dans nos métiers, ce n'est pas le client, c'est l'emploi. Avant l'été, on avait des besoins considérables, on était prêts à signer 50 000 CDI et 50 000 CDD saisonniers. Donc on avait vraiment des besoins immédiats mais on ne trouvait pas. Malheureusement, Pôle emploi ne nous a pas aidés à trouver. Il faut qu'on améliore nos relations. Ce n'est pas normal qu'on arrive à trouver les salariés grâce au Bon coin et au bouche-à-oreille. La priorité, c'est qu'on est capable d'accueillir tout le monde à partir du moment où ils sont en situation de pouvoir travailler. Après, peu importe s'ils sont migrants ou réfugiés. On a besoin de personnes, puisque cette branche va se développer énormément.

Vous êtes à nouveau en ligne