Covid-19 : "Nous n'avons cette année aucune mesure de chômage partiel", confirme Arnaud de Belloy, directeur général de Herta

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La crise économique n’empêche pas les entreprises de continuer à investir en France. Herta en fait partie. Le groupe de charcuterie filiale de Nestlé annonce 85 millions d’euros d’investissements dans ses différentes usines de l’hexagone.

Herta, la marque "la mieux vendue en France", investit 85 millions d'euros sur ses quatre sites de l'hexagone. L'entreprise, dont Nestlé a cédé le contrôle fin 2019, veut augmenter ses capacités de production, fluidifier la logistique défiée par le Covid et renforcer la qualité de son offre.

Ces investissements de 85 millions d’euros sont-ils le signe d’une réelle confiance dans l’économie française en pleine crise ? "C’est une ambition car nous croyons dans le futur et le très long terme, assure Arnaud de Belloy, invité éco de franceinfo mercredi 2 décembre. Nous avons beaucoup de chance car c’est une nouvelle étape dans la vie d’Herta et notre actionnaire majoritaire, espagnol, nous soutient dans ces investissements."

Concernant la qualité nutritive des aliments (moins de sel, moins de nitrates dans la charcuterie), le directeur général de Herta souligne qu' il y a "des demandes, des spécificités françaises qui s’accélèrent depuis huit ans. Concernant les nitrites, en Italie, vous n’avez pas le droit à l’appellation jambon d’origine s’il n’y a pas de nitrites. C’est obligatoire."

Vous êtes à nouveau en ligne