Covid-19 : des compagnies aériennes "sont en danger", estime Alexandre de Juniac

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour le dirigeant de l'Association internationale de l'aviation, l'épidémie aura un impact "lourd". Mais Alexandre de Juniac estime que pour l'instant, "il n'y a pas de restriction à imposer aux voyages".

L’épidémie de coronavirus Covid-19 progresse, et pousse de nombreuses compagnies aériennes à revoir leurs plans : suspension des vols vers la Chine, bien sûr, mais aussi congés sans solde proposés aux salariés, révision des objectifs financiers, etc. Pour Alexandre de Juniac, invité éco de franceinfo mercredi 26 février, l’impact économique du phénomène est très "lourd". Le Français dirige l’Association internationale de l’aviation (IATA), qui représente environ 300 compagnies.

>> Covid-19 : le virus touche de plus en plus de pays, suivez la situation en direct

Alexandre de Juniac l’affirme : "Des compagnies sont en danger parce que la baisse des réservations est absolument considérable". Des postes seront-ils supprimés ? Selon le représentant du secteur, il y aura au minimum "des mesures de limitation et de réduction de coûts."

30 milliards de pertes

L’Association internationale de l’aviation a publié la semaine dernière une estimation des pertes que subiront les compagnies cette année : environ 30 milliards de dollars. Mais cette estimation est-elle encore d’actualité, alors que l’épidémie gagne du terrain ? Oui, selon Alexandre de Juniac.

On a tenu compte de l’expérience accumulée lors des épidémies précédentes (…) Et on a intégré le fait que ça touchait une économie absolument majeure, celle de la Chine

Alexandre de Juniac

sur franceinfo

Selon le directeur général de l’organisation, cette crise n’est pas la pire dans l’histoire du secteur aérien : "Le SARS a été une crise extrêmement forte. On n’est pas encore au-delà. Ça peut arriver, mais pour l’instant le SARS est la plus violente crise que nous ayons connue."

"Pas de restriction de voyages"

Face à l’épidémie, pourquoi ne pas suspendre les vols, afin de limiter la propagation du virus ? Alexandre de Juniac rejette cette idée : "Nous suivons de manière extrêmement stricte les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’OMS n’a pas pour l’instant fait de restriction de voyages, y compris vers la Chine. Donc il n’y a pas de restriction à imposer aux voyages, en suivant les recommandations de l’OMS."

Le dirigeant du IATA met en avant les précautions prises par les compagnies : "Nos équipages, les équipes de maintenance et les équipes de nettoyages sont formés", explique-t-il. Si un passager se sent mal au cours d’un vol, il est, selon Alexandre de Juniac, "mis à l’écart des autres passagers". Le représentant des compagnies invite par ailleurs les passagers à "se laver les mains" et à "éviter les contacts physiques" à bord.

Vous êtes à nouveau en ligne