Coronavirus : "On injecte entre 3 et 5 milliards d'euros", annonce le directeur général de la BPI

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Nicolas Dufourcq, le directeur de la Banque publique d'investissement, annonce avoir lancé "un pont aérien de cash vers les entreprises".

De nombreux magasins ont été contraints de fermer leurs portes après les annonces du gouvernement pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Le directeur général de la Banque publique d'investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, l'invité éco de franceinfo lundi 16 mars, annonce avoir lancé "un pont aérien de cash vers les entreprises".

Il consiste en une "gamme de prêts, sur lesquels nous ne prenons pas de garantie sur l'entrepreneur, ce sont des prêts en blanc sur des durées longues, jusqu'à cinq ans", indique Nicolas Dufourcq, estimant ces prêts "jusqu'à plusieurs dizaines de millions d'euros pour les PME et les entreprises de taille intermédiaire".

"Dans certains secteurs, c'est une crise cardiaque"

"On injecte entre 3 et 5 milliards d'euros", annonce Nicolas Dufourcq, assurant avoir déjà mobilisé ce lundi "plusieurs dizaines de millions d'euros de crédits nouveaux". Concrètement, "les entreprises qui vont demander un découvert à leur banque peuvent dire à leur banque de contacter BPI France pour que nous garantissions ce découvert à 90%", explique le directeur général de la BPI. "On ajoute 30% de facilité de crédits supplémentaires" et "les échanges bancaires sont automatiquement reportés par BPI France sur les six prochains mois", assure Nicolas Dufourcq.

Cette décision a été prise pour venir en aide aux entreprises, car "dans certains secteurs, c'est une crise cardiaque", alerte Nicolas Dufourcq. "Ces entreprises qui subitement se retrouvent sans chiffre d'affaires, il faut qu'elles aient un afflux de cash qui leur permet de tenir", poursuit le directeur général de la BPI.

Pour Nicolas Dufourcq, la reprise future de l'économie "pourrait être très forte si on l'a bien préparée". Selon lui, "si on tient ces quatre mois avec un afflux de cash important qui permet aux entreprises de ne pas tomber et de tenir, on peut avoir en fin de second semestre plutôt de bonnes nouvelles".

Vous êtes à nouveau en ligne