Avec Sophie Coignard, une enquête "dans le secret des conseils d’administration" du CAC 40

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La journaliste publie "Les faux jetons" (Fayard), une enquête au coeur de ces lieux de pouvoir.

Ce sont des lieux de pouvoir, et des lieux secrets. Les conseils d’administration des entreprises CAC 40 gardent leurs portes fermées. Invitée éco de franceinfo, la journaliste Sophie Coignard publie Les faux jetons (Fayard), une enquête au cœur du capitalisme français. 

Les rémunérations avant la stratégie ?  

Chez Renault, LVMH, Accor, Carrefour, Casino, ou encore Pernod-Ricard, les administrateurs jouent, ou devraient jouer, un rôle majeur. Mais pour Sophie Coignard, ce système fonctionne mal : "Dans ces lieux très spéciaux et très secrets (…) les administrateurs s’occupent plus de la rémunération d’un PDG d’une entreprise en difficulté que de la stratégie ou de l'audit et de vérifier les comptes…"

Les administrateurs sont eux-mêmes bien rémunérés : "Un jeton de présence, explique Sophie Coignard, ça tourne autour de 60 000 ou 70 000 euros par an, mais beaucoup d’administrateurs les cumulent. Ils en ont trois ou quatre…"

Portrait d’une "caste"  

D’où viennent les administrateurs ? Ils sont souvent eux-mêmes à la tête d’autres grandes entreprises et issus des grands corps d’Etat : "C’est un peu les noces de la haute fonction publique (…) et des héritiers des grandes familles", explique la journaliste, qui décrit dans son livre "une caste" qui "se protège".  

Ces dernières années, les conseils d’administration ont affiché plus de transparence. Des administrateurs salariés ont également fait leur entrée. Les conseils ont-ils changé ? "Il y a de plus en plus de transparence, répond Sophie Coignard, mais c’est parce qu’ils y sont obligés (…) C’est comme avant, mais avec de la cosmétique en plus ".

Vous êtes à nouveau en ligne