Service national universel : pas d'utilité "si c'est juste pour faire quelque chose d'amusant", dit la porte-parole LR Laurence Sailliet

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Laurence Sailliet, la porte-parole de Les Républicains, a critiqué lundi sur franceinfo le projet de service national universel en disant que ça devient "un projet d'un mois axé sur le sport".

"Si c'est pour dépenser tant d'argent pour un mois de rassemblement sans aucune utilité, nous n'en voyons pas du tout l'intérêt", a réagi lundi 30 avril sur franceinfo Laurence Sailliet, la porte-parole de Les Républicains, en critiquant le projet de Service national universel promis par le président de la République. Le groupe de travail mis sur pied pour définir les contours du service national universel (SNU) privilégie la piste d'un service obligatoire d'un mois pour tous les jeunes à partir de 16 ans, selon les informations publiées dimanche dans le JDD. Laurence Sailliet dénonce le coût de "2,5 à 3 milliards d'euros qui", selon elle, "n'est pas budgétisé".

franceinfo : Vous critiquez le projet de service national universel promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne. Pourquoi ?  

Laurence Sailliet : Nous ne sommes pas contre le principe d'un service national. Le problème, c'est qu'Emmanuel Macron a bien du mal à se dépêtrer de sa promesse de campagne. Il s'était engagé pendant sa campagne à faire un service qui avait une définition de trois à six mois et qui avait un volet un peu militaire et très engageant. On se retrouve aujourd'hui avec un projet d'un mois axé sur le sport et qui coûterait 2,5 à 3 milliards d'euros, et qui n'est pas budgétisé. Si c'est pour dépenser tant d'argent pour un mois de rassemblement sans aucune utilité, nous n'en voyons pas du tout l'intérêt. Qu'est-ce qui était séduisant dans le service national tel qu'il l'était il y a quelques années ? C'était de réunir des jeunes de toute diversité pour leur permettre de vivre ensemble pendant un an, mais dans des conditions d'autorité et de rigueur, et d'être se former pour la nation. Aujourd'hui, que veut Emmanuel Macron ? Si c'est juste pour faire quelque chose d'amusant, il n'y a pas nécessité de mettre tout cet argent.  

Vous tenez là une occasion inespérée de critiquer le chef de l'Etat qui fait tout ce que voulait faire les Républicains ?  

On n'a pas besoin d'occasion. Emmanuel Macron mène une politique fiscale très injuste notamment pour les gens les plus défavorisés. Emmanuel Macron mène une politique migratoire complètement aberrante par rapport à la situation de la France aujourd'hui. Emmanuel Macron mène une politique dans la lutte contre le terrorisme totalement insuffisante. Nous n'avons pas besoin de ce petit amusement qu'il préconise ou pas pour le critiquer. Les problèmes sont bien plus importants.

Sur l'accord nucléaire iranien, est-ce que le chef de l'Etat conduit le dossier de la bonne manière ?  

D'abord sur Fox News il dit qu'il n'y a que l'accord et qu'il n'y a pas de plan B. Face à Trump il explique qu'il faut revoir l'accord. Puis, parce que les autres signataires de l'accord lui disent non, tout compte fait il nous explique qu'il n'y a que l'accord. Suivre ce feuilleton, c'est absolument pathétique. C'est une diplomatie qui n'est que dans le spectacle. Ce n'est pas sérieux sur des sujets aussi importants.  

Que devrait faire la France sur cet accord ? Faut-il garder cet accord ?  

Cet accord a mis 10 ans à être mis en place. Ce n'est pas un accord unilatéral. Ce n'est pas en proclamant avec Donald Trump qu'on va changer les choses qu'on change les choses. Cet accord a été signé. Bien sûr qu'il faut le maintenir. Emmanuel Macron change d'option deux ou trois fois par semaine et c'est totalement incompréhensible sur la scène internationale.