"On est arrivé à l'âge des petits-fils rebâtisseurs" de l'Europe, assure Arnaud Leroy, membre de la direction LREM

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Arnaud Leroy, membre du conseil d'administration de La République en marche, est l'invité de Yaël Goosz à J-1 du discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe à la Sorbonne.

Refonder l'Europe est "possible" et "nécessaire"

Deux jours après les élections législatives en Allemagne, Emmanuel Macron doit prononcer un discours sur l'Europe à la Sorbonne, mardi 26 septembre. Le chef de l'État devrait développer dans le détail ses projets de réformes pour l'Union européenne"Tout cela est encore possible et surtout nécessaire, urgent même si on veut refonder l'Europe, affirme Arnaud Leroy, ancien porte-parole d'Emmanuel Macron et l'un des trois membres de la direction actuelle de La République en marche. On a eu les pères fondateurs, là je crois qu'on est arrivé à l'âge des petits-fils rebâtisseurs."

"L'Europe concrète de Macron est de se poser une question essentielle : qu'est-ce que nous voulons faire ensemble ?", indique-t-il, prenant comme exemple "la souveraineté numérique" et des géants du Net : "On se rend compte qu'on n'a aucun acteur européen dans ces domaines-là, explique Arnaud Leroy. Il faut qu'on puisse s'organiser, se protéger, la taxation fait partie de ça."

=

"Pas contre" un referendum pour réviser la Constitution

Emmanuel Macron "assume" la possibilité, évoquée en juillet à Versailles, de recourir au referendum pour réformer les institutions, a indiqué lundi matin le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, après le renouvellement sénatorial de dimanche qui a conforté la majorité de droite. Sans majorité des 3/5e au Parlement, Arnaud Leroy non plus n'est "pas contre" un referendum pour réviser la Constitution. "Les referendums, moi, je ne suis pas contre s'il faut passer au-delà et convoquer le peuple pour une question démocratique importante", indique-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne