Migrants : "La coopération européenne est quelque chose de très important, la France est moteur", estime Jacqueline Gourault

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur était l'invitée, mercredi, de "L'interview politique" sur franceinfo. Elle s'est exprimée sur la crise migratoire avant le sommet européen sur ce thème jeudi à Bruxelles.

Le navire Lifeline est arrivé mercredi 27 juin à Malte, avec plus de 200 migrants à bord. Mardi, à Rome, Emmanuel Macron a critiqué l'ONG allemande Lifeline qui a, selon lui, "coupé le signal" et "est intervenue en contravention de toutes les règles et des garde-côtes libyens" en portant secours aux migrants.

"Ca a beau être une ONG, quand une ONG fait une faute, on doit le dire. Le président de la République l'a dit", a rappelé sur franceinfo Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur.

"Les Européens peuvent s'entendre sur la protection des frontières"

Concernant le Conseil européen, qui se réunit jeudi 28 juin à Bruxelles pour évoquer notamment la question migratoire, Jacqueline Gourault a estimé qu'il était possible de parvenir à un accord sur certaines questions. "Il est certain que la situation en Europe est fragile, mais il faut essayer de trouver plusieurs solutions", a-t-elle assuré.

"Après tout, les Européens peuvent s'entendre sur la protection des frontières, sur le fait qu'il faut travailler avec les pays de départ, et puis aussi sur le fait de répartir, comme on le fait pour ce navire qui arrive à Malte, les réfugiés sur plusieurs pays européens. Sur ce fameux bateau, il y a huit nations qui ont donné leur accord pour accueillir des réfugiés", explique Jacqueline Gourault.

"La coopération européenne est quelque chose de très important. La France est moteur, et la France cherchera sans arrêt à ce que la coopération européenne trouve des solutions humanitaires", a conclu la ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne