"La sécurité est la première des préoccupations" en Guyane, assure la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, était l'invitée de Yaël Goosz, mercredi sur franceinfo, à la veille d'un déplacement de trois jours en Guyane aux côtés d'Emmanuel Macron. Elle est revenue sur le mouvement social qui a secoué le territoire il y a six mois. 

La ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, était l'invitée de Yaël Goosz pour L'interview J-1, mercredi 25 octobre sur franceinfo. À la veille d'un déplacement de trois jours en Guyane avec Emmanuel Macron. Un déplacement qui s'annonce compliqué. L’Association des Maires de Guyane annonce qu’elle refuse de rencontrer le président rapporte Guyane 1ère

Elle est revenue sur le mouvement social qui a touché le territoire il y a six mois. Elle assure qu'il faut "mettre en place" des priorités en Guyane, pour pouvoir prioriser les investissements publics à l'avenir. Annick Girardin affirme qu'il y a aura notamment des annonces sur la sécurité. 

1,8 milliard d'euros d'aides déjà mis en oeuvre

Le déplacement d'Emmanuel Macron en Guyane, pour trois jours, est la première visite programmée d'Emmanuel Macron en Outre-Mer. "Avoir choisi la Guyane, c'est montrer combien la situation de ce territoire est bien prise en compte à l'Élysée mais qu'on a bien compris aussi l'ensemble des défis qu'avait à relever la Guyane", affirme Annick Girardin. Pourtant, le président de la République sera accueilli par une manifestation à l'appel du collectif Pour que la Guyane décolle, qui avait été très mobilisé lors du mouvement social.

Selon Annick Girardin, le bilan est assez positif en Guyane depuis le cri de colère des habitants face à l'insécurité et une situation économique difficile. Un plan d'urgence d'1,8 milliard d'euros a été mis en place et tous les crédits sont en oeuvre ou engagés, selon la ministre. Elle rappelle également que plus de 150 mesures ont été actées pendant les négociations sociales et que 70% ont été réalisées. "Il reste une question forte sur une demande complémentaire de la Guyane qui était chiffrée à 2,1 milliards d'euros et qui comportait un certain nombre d'investissements publics", complète Annick Girardin, qui comprend que cette question préoccupe particulièrement les habitants à l'heure actuelle. Elle tient à rassurer :

Il est évident qu'il y aura de l'investissement public en Outre-Mer comme partout ailleurs parce que l'investissement public ne s'arrête jamais.

Annick Girardin, ministre des Outre-Mer

à franceinfo

Les priorités du gouvernement sont aujourd'hui les mettre en place et les assises des Outre-Mer vont permettre que les Guyanais décident : est-ce que ce sont les adductions d'eau ? Les routes ? Le port ?" Il sera aussi question de la sécurité, la Guyane étant le département qui affiche le plus fort taux d'homicide en France. "La sécurité est la première des préoccupations aujourd'hui de la Guyane", assure Annick Girardin. Elle affirme qu'il y aura un discours d'Emmanuel Macron qui portera aussi sur les questions de sécurité et des annonces sur place.

Vous êtes à nouveau en ligne