Élections européennes : "si les nationaux sont rassemblés, ils peuvent arriver devant La République en marche" assure Nicolas Bay

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le vice-président du Front national était l'invité du "19h20 politique" jeudi sur franceinfo. Il est revenu sur la proposition de liste commune faite par Marine Le Pen à Nicolas Dupont-Aignan pour les élections européennes de 2019.

Invité de franceinfo jeudi 31 mai, le vice-président du Front national Nicolas Bay a assuré que les "nationaux" peuvent arriver devant la République en marche lors des élections européennes de 2019 "s'ils sont rassemblés". Plus tôt dans la journée, Marine Le Pen a proposé à Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, de faire liste commune.

franceinfo : Pourquoi Nicolas Dupont-Aignan accepterait-il votre main tendue ? Est-ce que ce n'est pas un aveu de faiblesse à la veille du changement de nom de votre parti ?

Nicolas Bay : C'est une volonté de rassemblement parce que le Front national est en situation de rassembler. "Dans un sondage, notre liste est donnée à près de 20% des voix, juste derrière celle qui sera soutenue par Emmanuel Macron et très loin devant Les Républicains ou la France insoumise. Cela fait plusieurs mois que nous voulons rassembler dans le cadre des élections européennes. Nicolas Dupont-Aignan tient le même discours, à la fois sur le fond, sur le projet, sur la question européenne et également sur cette volonté de rassemblement." Je suis convaincu qu'il est sincère. Il a mis en œuvre un certain nombre d'actions pour rassembler des élus ou des anciens élus.

Est-ce que la dynamique n'est pas plutôt de son côté ?

Le poids électoral du Front National est très important. Le Front national s'inscrit dans cette logique de rassemblement et tend la main à Nicolas Dupont-Aignan et à d'autres. On rentre dans la phase où il va falloir concrétiser ce projet de rassemblement. On ne fait pas faire le rassemblement dans son coin. On le fait avec des gens qui ont leur spécificité, mais on essaye de mettre de côté ses spécificités partisanes pour aller à l'essentiel."

Sauf que vous lui proposez d'être en dernier sur la liste, or Nicolas Dupont-Aignan a envie d'être tête de liste ?

Il ne l'a jamais dit sous cette forme là mais Marine Le Pen se propose elle-même d'être également en queue de liste pour animer la campagne et mener cette bataille. Elle propose qu'ils soient en fin de liste car ils sont déjà tous les deux députés à l'Assemblée nationale. C'est une proposition concrète qui peut faire l'objet de discussions. Mais je crois que le rassemblement ne peut pas être seulement un slogan. Pour rassembler, il faut que cela se concrétise. Marine Le Pen et le Front national sont dans cette démarche de concrétisation.

Vous espérez véritablement que Nicolas Dupontt-Aignan vous réponde favorablement ou bien est-ce un mouvement tactique ?

Bien sûr que nous l'espérons, d'autant plus que nous avons de bonnes relations et que nous avons déjà travaillé avec lui pendant l'entre-deux tours de l'élection présidentielle. C'est un patriote, il croit dans la Nation. Il est conscient qu'Emmanuel Macron défend le fédéralisme à marche forcée, aller toujours plus loin dans une Union européenne dont aujourd'hui le peuple français ne veut pas et dont les autres peuples d'Europe ne veulent plus. Il faut en tirer les conséquences. Il faut être uni dans cette bataille. Si les nationaux sont rassemblés, ils peuvent arriver devant La République en marche le soir des élections européennes.