Les politiques parlent de Jérôme Kerviel et des européennes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités politiques ont réagi à deux actualités ce lundi matin : Jérôme Kerviel, arrêté cette nuit, et sur l’Europe, à quelques jours des élections européennes.

Faut-il admirer le nouveau combat de Jérôme Kerviel ? Jérôme Kerviel est-il innocent, comme le proclame Jean-Luc Mélenchon ? Ce n’est pas le sentiment de Pierre Laurent, le numéro du Parti Communiste, sur France Info  : "Je ne considère pas Jérôme Kerviel comme un héros. Je le répète, il a été un rouage d’un système financier spéculatif que nous combattons de toutes nos forces. Il a prêté la main à ce système donc il a sa part de responsabilité, mais il n’a pas la première responsabilité. La première responsabilité, c’était celle d’un système qui a entraîné tout un tas de traders dans ce jeu spéculatif ."

Alors Jérôme Kerviel est-il un escroc, comme l’a dit Michel Sapin, le ministre des Finances ? L’avis est partagé par Henri Guaino, pour qui le mot est un peu fort : "C’est quelqu’un qui a détourné de l’argent, qui a triché, ce que font d’ailleurs un certain nombre de gens sur les marchés financiers. (…) C’est un monsieur qui a détourné de l’argent et qui est condamné, ce qui ne veut pas dire que le système financier n’a pas sa part de responsabilité dans ce genre de comportement ", a déclaré le député UMP sur LCI.

Et pour défendre l’ancien trader ce matin au tribunal, il y a Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, qui s’est exprimé sur RTL  : "S’acharner sur un homme, mais ne pas remettre en cause le système de la spéculation qui permet aux banques de jouer au Casino avec les économies des déposants, ça je trouve que c’est un peu facile. Parfois, Jean-Luc Mélenchon peut avoir raison, dans le constat pas dans les solutions ."

Dernière ligne droite avant les européennes

Les élections européennes auront lieu dimanche prochain, et il faudra le rappeler jusqu’à dimanche : il n’y a qu’un seul tour. Il s’agit donc la dernière ligne droite. Le fonctionnement de l’Europe agitait la campagne ce matin. 

Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF a dénoncé ce matin sur France Info une gouvernance sans clivage : "Le problème, c’est que pour le moment l’Europe n’est pas gérée ou par les socio-démocrates ou par la droite européenne, elle est gérée ensemble par les socio-démocrates et la droite européenne, qui ne cesse de soutenir les mêmes traités, les mêmes directives, qui se répartissent les postes ."

L’Europe qui ne fonctionne pas, c’est également le constat d’Henri Guaino. L’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy est en rupture avec sa famille politique, l’UMP. Il regrette encore ce matin les critiques impossibles sur l’Europe dans son camp. Henri Guaino ne votera pas UMP et ne soutiendra personne d’autre, pas même les centristes de l’UDI.

Des centristes qui se voient comme l’alternative dans l’offre politique de dimanche prochain. Yves Jégo, le Président de l’UDI, s’est exprimé sur iTélé  : "Moi je le dis aux Français, vous êtes libres. Vous êtes libres de choisir l’isolement, vous êtes libres de choisir les mêmes et puis vous êtes libres de faire le choix de la nouveauté. J’ai le sentiment qu’on ait le vote utile dimanche prochain. "

Vous êtes à nouveau en ligne