L'Eglise invitée à ouvrir ses portes aux sans-abri: une provocation?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est la polémique du jour : la ministre du Logement, Cécile Duflot qui demande à l'Eglise d'ouvrir ses portes aux SDF. Une provocation, à entendre la droite.

Durera-t-elle un jour, une semaine,
un peu plus, la polémique sur la réquisition de bâtiments de l'église bat son
plein. Ecoutez sur le mode bazooka, le conseiller régional UMP d'Ile-de-France Geoffroy Didier. Il était sur LCI :

" Nous avons demandé à Cécile Duflot de réquisitionner le palais, l'hôtel particulier que la région Ile de France (PS) s'est offert pour près de 20 millions d'euros" et qui est quasi vide".

Cécile Duflot, soutenue par
les siens mais le député écologiste Noël Mamère en profite, sur Itélé pour
passer un petit message à sa camarade en rappelant "l'augmentation de la TVA sur le logement social..." décidée par le gouvernement.

Egalement dans l'actualité,
François Fillon président du "R-UMP"

L'ancien Premier ministre se
rend ce matin à la conférence des présidents de l'Assemblée, fort du soutien de
72 députés entrés en dissidence. "Fillonistes" d'un côté, "copéistes"
de l'autre : deux groupes UMP vont donc cohabiter dans l'hémicycle pour la
première fois ce mardi après-midi.

 N'en déplaise à Nicolas Sarkozy,
qui avait fixé un ultimatum à aujourd'hui, les deux belligérants prennent tout
leur temps pour régler leur différend. Un tête à tête, le 3e en deux
jours, est prévu ce soir. Attention aux "petits arrangements entre
amis"
, met en garde sur France Info le "non-aligné" Bruno Le
Maire.

 "Il faut revoter ",
prévient Bruno Le Maire, pour qui la nouvelle élection, si elle a lieu, ne
pourra se jouer entre les seuls Jean-François Copé et François Fillon. Rappelons
que Bruno Le Maire a dû renoncer à sa candidature aux primaires, faute de parrainages.
Sera-t-il de nouveau candidat ? :"Je ne sais pas, ce n'est pas le
sujet
", évacue pour l'instant le député "non-aligné".

 Et puis le dossier Florange,
toujours ouvert...

 Florange, qui créé bien des
dissensions au sein du gouvernement. Parmi les ministres pro-nationalisation,
Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture,
originaire de Lorraine qui, sur France Inter, redit toute sa défiance à
l'encontre de Mittal. Aurélie Filippetti, qui n'a pas confiance en Mittal, mais
qui a confiance dans le président de la République. Et qui ne dit pas un mot du
Premier ministre, son patron, hostile, on l'a vu, au projet de nationalisation...

 

Vous êtes à nouveau en ligne