L'Algérie, le Mali et les aveux d'Armstrong dans le zapping

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A la une de l'actualité ce matin, la dramatique prise d'otages en Algérie. L'armée algérienne a donné l'assaut jeudi. Aucun bilan officiel pour l'instant.

Beaucoup de travailleurs de
toutes les nationalités étaient sur le site gazier. Le gouvernement aurait très
peu d'informations sur le sort des otages, leur nombre exact. Des Français
retenus, blessés ou morts?

Difficile de répondre à
cette question. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls sur RTL espère avoir
plus d'informations dans la matinée.

 Vendredi dernier, François
Hollande décidait d'intervenir au Mali. Une semaine après, l'union nationale
est entrain de se fissurer. L'opposition s'interroge notamment sur l'isolement
militaire de la France. Le FN, au début, a également soutenu le chef de l'Etat.
Mais, à la lumière des évènements algériens, Marine Le Pen sur France Info explique désormais
que l'UMP et le PS sont responsables de la montée en puissance au Sahel de groupes
terroristes islamistes. La présidente du FN invitée de France Info affirme que
les guerres en Libye et en Syrie ont "consisté à armer les islamistes."  

L'ancien Premier ministre
Dominique de Villepin, pour sa part, sur France Inter espère un changement de
stratégie militaire et diplomatique afin d'éviter l'enlisement au Nord-Mali :

"Le choix du président de la République c'est comment maîtriser ce
dispositif, comment le limiter et comment transformer une initiative légitime
en une opération de soutien qui nous remette dans le cadre stricte des Nations
unies."

 On termine avec le
commentaire de la ministre des sports sur les aveux de Lance Armstrong.  Ah, ils sont nombreux, dans
la classe politique, du plus haut sommet de l'Etat à la plus petite commune
traversée par le Tour de France, à s'être fait photographié avec l'ex-patron du
peloton. L'Américain a donc eu recours au dopage pour gagner. Valérie
Fourneyron souhaite que les aveux ne soient pas l'épilogue de cette affaire. Et
bien-sûr, il faut sauver le patrimoine national, le Tour, dit-elle sur Europe 1
:

"On a besoin d'aller jusqu'au bout de cette histoire car on a le Tour du
centenaire en 2013. On a besoin qu'il soit propre."

 La ministre des sports
oublie juste de préciser que des affaires de dopage il y en a eu des dizaines
depuis des années. Et il y a toujours autant voire plus de spectateurs et
téléspectateurs...