Hausse du chômage et des impôts en perspective

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans ce zapping des matinales, la vidéo des otages du Camaroun et les mauvaises perspectives de l'économie française.

Beaucoup de réactions encore
ce mardi matin après la diffusion sur internet d'une vidéo où l'on voit les 7
otages français enlevés au Cameroun encerclés par leurs ravisseurs. Les 4
enfants sont assis devant leurs parents, un peu masqués par un terroriste
cagoulé. "L'horreur s'ajoute à l'effroyable " : voilà le commentaire
de Jean-Yves le Drian ce matin. Le ministre de la défense annonce que la
France ne cédera pas aux exigences des preneurs d'otages. Ils exigent la
libération de djihadistes détenus au Nigéria et au Cameroun contre les vies des
7 Français.

 Le ministre de la Défense ce
mardi matin sur RTL qui fait le point sur le l'opération au Mali : des
centaines de djihadistes tués d'après Jean-Yves Le Drian et un peu plus de 100
millions dépensés depuis la mi-janvier. 

Les promesses de François
Hollande sont difficiles à tenir...

Le président de la République avait promis
aux Français d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année.  Il a laissé entendre ce week-end que ça serait
plus difficile que prévu, son conseiller politique admet un "correctif".
Promesse difficile à tenir également sur l'absence de hausses d'impôts en 2014 d'où
cette charge contre François Hollande de Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à Paris sur France 2 ce matin. Chômage, déficits, croissance, NKM dénonce "la semaine des aveux d'échec ".

 Au PS, la perspective de nouvelles
hausses d'impôts en 2014 fait aussi réagir.  Harlem Désir et Claude Bartolone
ont dit stop. Et  du côté des syndicats,
mêmes inquiétudes sur la politique menée, le leader de la CGT Bernard Thibault
était ce matin l'invité de France Info.

 L'idée de raccourcir les
vacances d'été à 6 semaines lancée comme un ballon d'essai par Vincent Peillon
fait encore débat...

 La droite dénonce une
nouvelle gaffe, mais cette proposition, l'UMP pourrait la reprendre à son
compte, car elle figurait dans un rapport de l'ancien ministre de l'Education
nationale. Luc Chatel reconnaît aujourd'hui qu'à l'époque, il a reculé.

 Luc Chatel sur LCI qui
estimait qu'il n'y avait pas de consensus avant la présidentielle mais que tout
le monde était d'accord après et que Vincent Peillon a tout gâché....

 

Vous êtes à nouveau en ligne