Discours de haine et responsabilité des élus et des médias

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avant de revenir sur les réactions à la mort d'un militant d'extrême gauche, un mot sur les journalistes français retenus en otages en Syrie.

C'est François Hollande qui a rendu publique l'information
sur les journalistes retenu en Syrie. En déplacement au Japon, le chef de l'Etat
a demandé leur libération et donc révélé que ces deux journalistes étaient
détenus.

La porte-parole du gouvernement Najat Valaud-Belkacem a
ensuite appelé à la discrétion sur iTélé : "Il faut la plus grande des prudences parce qu'en
la matière la discrétion est souvent gage de réussite. Donc le président de la
République a dit à quel point il était préoccupé et donc nous allons prendre
nos dispositions mais dans la discrétion.
"

Une mort qui divise

La ligne de l'UMP c'est de renvoyer dos à dos les extrêmes. Extrême
gauche et extrême droite, dont les groupuscules doivent être interdits selon le
député UMP Eric Ciotti sur Canal+ : "Ceux qui expriment de la
violence, que ce soit par rapport à des thèses d'extrême gauche, ou d'extrême
droite, on doit les condamner avec la même force. Ces gens n'ont pas lieu d'être
dans un débat public. On a pris un peu trop de distance avec la nécessité de
lutter contre ces groupuscules. La violence n'a pas sa place dans la
République, dans la démocratie qu'elle soit à l'extrême droite ou à l'extrême
gauche.
"

Pour Najat Valaud-Belkacem, les médias ont aussi leur part
de responsabilité : "La simple dissolution ne peut pas suffire à
régler le problème et la question que l'on doit se poser, cela vaut pour les
responsables politiques comme pour les médias, c'est notre part de
responsabilité dans la façon dont ce type de discours de haine, et donc de
passage à l'acte, prospère dans notre société.
"

Le Front national instrumentalisé

Jean-Luc Mélenchon qui ne s'était pas exprimé lors des
rassemblements de solidarité est sorti de son silence ce matin. Il accuse l'UMP
et le PS d'instrumentaliser le Front national : "C'est un fait
politique que des groupes d'extrême droite assassine en frappant comme ils l'ont
fait. Aujourd'hui, Mme Le Pen continue de dire qu'elle n'a rien à voir avec ces
gens, alors que ce monsieur qui est en cause était sur les marchés d'Hénin-Beaumont,
je l'y ai vu. Tout cela c'est la même mouvance et elle bénéficie d'une
protection médiatique qui dédiabolise l'extrême droite. Le parti socialiste
instrumentalisé à mort l'extrême droite pour s'en servir comme d'un épouvantail
et l'UMP en fait autant.
"

Modération

Mais comme le PS, la ministre de l'Ecologie Cécile Duflot
met en garde Jean-Luc Mélenchon et l'appelle à la modération sur RTL : "Sans
le soutien de Jean-Luc Mélenchon à François Hollande nous n'aurions pas gagné
cette élection, mais je dis aussi qu'à partir du moment où la gauche se divise,
où elle considère que ses ennemis sont à priori ceux qui sont les plus proches,
elle met en péril parfois la République.
"

Vous êtes à nouveau en ligne