Chiffres du chômage, plan de sauvetage de Chypre et Mélenchon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les chiffres du chômage de février qui seront publiés ce mardi soir polarisent l'actualité politique. Les responsables européens s'expliquent sur le plan de sauvetage de Chypre et Jean-Luc Mélenchon revient sur sa rhétorique musclée de ce week-end.

Chiffres du chômage :

A l'occasion des chiffres de février, le nombre de demandeurs d'emplois recensés pourrait dépasser le record de 1997 avec un peu moins de 4 millions de personnes. Le gouvernement demande du temps, de la patience et assure que les réformes votées vont avoir de l'effet. Mais pour l'ex-ministre et députée UMP Valérie Pécresse sur France 2, la France doit aller plus loin dans l'effort sur la compétitivité : "L'Allemagne l'a fait. Et aujourd'hui, elle affiche un excédent commercial exceptionnel, des comptes à l'équilibre, une baisse du chômage. C'est possible à condition de faire les réformes : la formation professionnelle, la baisse des dépenses, la réforme des collectivités locales. Toutes ces réformes dont François Hollande doit nous parler jeudi ".

Et François Bayrou sur BFMTV se fait très alarmiste. il juge la france au bord de l'explosion. Et s'il accuse Nicolas Sarkozy d'avoir divisé, il estime que François Hollande ne tient pas ses promesses : "Aujourd'hui, la situation est du côté de la désillusion des Français, qui se sont entendu multiplier les assurances et ces assurances-là, elles étaient intenables dans la réalité ".

Gestion hésitante à Chypre :

Et sur LCI, le commissaire européen aux Marchés intérieurs, Michel Barnier, reconnaît que la gestion de la crise chypriote n'a pas été exemplaire : "Je pense qu'il y a eu une mauvaise appréciation, clairement, dans l'urgence. Mais finalement, on respecte cette loi européenne et cet acte de confiance qui est de dire aux épargnants qu'on ne touchera pas l'épargne en dessous de 100.000 euros. Maintenant, au dessus, il faudra contribuer. Dans le cas de Chypre, le choix était entre la faillite générale des banques et donc tout le monde perd tout ou un effort demandé à tout le monde ".

Et le ministre aux affaires européennes Thierry Repentin jure que le plan de sauvetage européen pour chypre n'est pas généralisable : "A priori non, il y a d'autres petits peys de l'Union européenne avec des secteurs bancaires assez importants. Sauf qu'à Chypre, il y a des caractéristiques très particulières. Donc ne faisons pas d'amalguames. A Chypre, la situation de l'économie était à ce point dégradée qu'il fallait que l'Europe apporte une solution ".

Jean-Luc Mélenchon et ses "insultes" :

Les 17 salopards, Pierre Moscovici qui parlerait le language de la finance internationale : ces flèches verbales ont fait réagir. Sur France inter le co-président du parti de gauche revendique son style : "Il y a 15 jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d'Hessel, en train d'agiter vos palmes et vos engins à encens : et indignez-vous, c'est magnifique. Mais il faut s'indigner dans le language de la bonne société. Il faut dire "prout, prout". Il faut parler gentiment. C'est pas comme ça que s'exprime la colère du peuple. Les gens en ont par dessus la tête. Et ils ont besoin de dirigeants qui parlent dru et cru ".

Vous êtes à nouveau en ligne